Jean-Marc Roberts, patron des éditions Stock, est mort d'un cancer

CULTURE Il avait 58 ans...

A.L
— 
Jean-Marc Roberts, le 20 juillet 2011.
Jean-Marc Roberts, le 20 juillet 2011. — BALTEL/LAMACHERE AURELIE/SIPA

Jean-Marc Roberts, patron des éditions Stock depuis 1998, est  décédé ce lundi en fin de matinée des suites d'un cancer à l'âge de 58 ans,  a annoncé sa maison d'édition. Celui qui fut l’éditeur d’Erik Orsenna, Didier Decoin, François Taillandier, Christine Angot venait de publier un ouvrage sur sa maladie, Deux vies valent mieux qu'une, sorti chez Flammarion la semaine dernière. Il avait également été l'éditeur de Belle et Bête, l'ouvrage polémique de Marcela Iacub. 

En 1979, Jean-Marc Roberts avait obtenu, à 25 ans, le prix Renaudot pour Affaires étrangères. Auteur de plus de vingt romans, il a écrit ces dernières années Cinquante ans passés (2006), La Prière (2008) et François-Marie, un plaidoyer pour François-Marie Banier publié en 2011. Jean-Marc  Roberts a également édité en 2003 le roman d'Aurélie Filippetti, Les derniers jours de la classe ouvrière.

Dans un communiqué, la ministre de la Culture a rendu hommage «à cet homme qui aimait si passionnément les livres qu’il consacrait autant d’énergie et de talent à les écrire et à les éditer et servait avec la même passion les livres des autres et les siens. S’il était un éditeur remarquable, fidèle, attentif, généreux, toujours si disponible, c’est parce qu’il était lui-même un très grand écrivain».

Bernard Pivot lui a également rendu hommage sur son compte Twitter.

C'était l'un des hommes les plus délicieux que je connaisse : l'écrivain et éditeur Jean-Marc Roberts nous a quittés. Chagrin, vrai chagrin.
— bernard pivot (@bernardpivot1) 25 mars 2013