«Quartett» : Isabelle Huppert domptée par Bob Wilson

©2006 20 minutes

— 

La mise en scène de la nouvelle production de l'"Iphigénie en Tauride" de Gluck, programmée cette saison par l'Opéra de Paris, sera finalement assurée par le metteur en scène de théâtre polonais Krzystof Warlikowski, en remplacement de la comédienne française Isabelle Huppert, a annoncé mercredi l'Opéra de Paris.
La mise en scène de la nouvelle production de l'"Iphigénie en Tauride" de Gluck, programmée cette saison par l'Opéra de Paris, sera finalement assurée par le metteur en scène de théâtre polonais Krzystof Warlikowski, en remplacement de la comédienne française Isabelle Huppert, a annoncé mercredi l'Opéra de Paris. — Kevin Winter AFP/Getty Images/Archives

Attendu comme l'un des événements majeurs de la rentrée théâtrale, le Quartett mis en scène par Bob Wilson est un spectacle « total ». Dans chaque nouvelle production de l'Américain, tous les éléments scéniques sont sur un pied d'égalité, du texte à la lumière, du son aux costumes, des déplacements au jeu des comédiens. Inspiré des Liaisons dangereuses, Quartett, d'Heiner Müller, n'échappe pas à la règle.

Amplification et distorsion des voix, griffes de lumières tranchantes comme des couperets, costumes aux lignes pures et précision du geste, tout est mis en place pour affûter la cruelle joute verbale à laquelle se livrent Merteuil et Valmont. « Votre virilité aurait-elle subi des dommages après moi. Votre haleine sent la solitude », lance la Marquise à son ancien amant. Capable de jouir dans la raideur, Isabelle Huppert est une Merteuil hiératique, statufiée par l'orgueil et son dégoût du sentiment. Elle miaule comme une chatte et rit comme le diable. Face à elle, Ariel Garcia Valdès impressionne par sa présence physique. Les fauves semblent lâchés... Mais restent en cage, retenus par les barreaux de la mise en scène. Aussi beau soit-il, l'écrin évacue la fièvre et le charnel. Et nous prive malheureusement de toute émotion, sinon esthétique.

Charlotte Lipinska

Au Théâtre de l'Odéon (Paris 6e), jusqu'au 2 décembre.