«Cinquante nuances de Grey» pour vendre un classique

EDITION Comment vendre un classique de la littérature anglaise en surfant sur le succès de «Cinquante nuances de Grey»...

Jo. M.

— 

"Tess" de Thomas Hardy, dans la collection Black Moon.
"Tess" de Thomas Hardy, dans la collection Black Moon. — A. GELEBART / 20 MINUTES

Comment vendre un auteur classique anglais du XIXe siècle aux ados? En leur parlant SM soft. Tess de Thomas Hardy ressort chez Hachette dans la collection Black Moon, qui cible les jeunes lectrices. Sur le bandeau promotionnel: «Le livre fétiche d’Anastasia Steele, l’héroïne de Cinquante nuances de Grey.»

«Histoire d’amour transgressive»

«C’est pour profiter de la notoriété du titre et attirer vers des classiques ceux que leur lecture pourrait rebuter, reconnaît Antoinette Rouverand, directrice marketing pour Hachette Black Moon. Le point commun, c’est une histoire d’amour un peu transgressive.» La jeune Tess étant une fermière séduite par un aristo. Avec le succès de Cinquante nuances de Grey chez Lattès, d’autres maisons d’édition tentent de s’inscrire dans le sillage: Albin Michel a ainsi publié Quarante-neuf nuances de Loulou, par Rosella Calabro. Lattès-Hachette étant dans le même groupe, pas d’embrouilles de ce côté. Mais l’initiative n’est pas nouvelle. Pour booster les ventes des Hauts de Hurle-Vent, le classique d’Emily Brontë, le livre de poche avait apposé en jaquette : « Le livre préféré de Bella et Edward ». Les héros de Twilight