En rupture de stock au bout d'une semaine

©2006 20 minutes

— 

Retenu sur les listes Goncourt, Renaudot, Femina et Médicis, le livre ne devrait pas passer à côté d'un prix.

C'est la frénésie dans les librairies où le roman de Jonathan Littell se vend comme des petits pains. L'engouement s'est rapidement traduit par une rupture de stock générale : « Le livre a été mis en place le 21 août et le stock avait été pillé le 28, se souvient Anne Brouilhet, responsable du rayon littérature de la Fnac Montparnasse. Libraire depuis vingt-trois ans, elle avait rarement vu un tel rush sur un livre : « Ce sont les lecteurs avertis qui sont venus les premiers, convaincus par une presse unanime. Aujourd'hui, les acheteurs sont plutôt des gens interpellés par le phénomène, c'est l'effet best-seller ». Selon les libraires, Les Bienveillantes ne seront pas un coup médiatique mais un long « seller », c'est-à-dire un livre qui se vendra sur le long terme. « Il faut l'avoir dans sa bibliothèque, quitte à le lire plus tard. C'est un tel monument qu'il est difficile de passer à côté, même s'il est difficile d'accès. »

K. P.