Un nouvel album posthume de Jimi Hendrix divise violemment les fans

Benjamin Chapon
— 
 
  — REX FEATURES/SIPA

On a perdu le compte. D’ailleurs, plus personne ne le tient vraiment. Combien d’albums posthumes de Jimi Hendrix sont-ils sortis? Plus de trente en tout cas, dont le petit dernier, People, Hell, Angels, disponible depuis lundi. Disparu il y a plus de quarante ans, Jimi Hendrix n’avait sorti que trois albums studios de son vivant (ainsi que deux live). Mais le génial guitariste-chanteur-compositeur a passé les deux dernières années de sa vie, 1969 et 1970, en studios. Il y a enregistré des heures et des heures de musique que ses descendants, plus ou moins bien inspirés, ont exploitées à tire-larigot. Parfois pour le meilleur, presque toujours pour le pire.

Audace d’outre-tombe
Pourtant People, Hell, Angels est une exception puisqu’il est censé être composé de titres que Jimi Hendrix voulait rassembler dans un album, qui aurait été le pendant d’Electric Ladyland. Pour autant, les millions de fans de Jimi Hendrix s’écharpent pour savoir si cet album est digne de la légende Hendrix. Les critiques sont eux-mêmes partagés; The Independent ou Télérama hurlent au génie expérimental plein d’audace et de fougue, quand le New York Times ou le Guardian sont plus mesurés et s’attristent que le talent d’Hendrix soit dilué par ces sorties d’albums successives.

Droit d’inventaire
Les centaines d’heures de musiques enregistrées que Jimi Hendrix a laissées derrière lui agissent à la fois comme un fantasme et un repoussoir pour ses fans. La rumeur persistante, en grande partie alimentée par sa demi-sœur Janie, que d’incroyables inédits s’y cachent est doublée de la peur de voir banalisé l’apport d’Hendrix au monde de la musique à force de sortir des albums de moindre qualité.

 

 

D’autres préfèrent en rire.