Une préparation minutieuse

©2006 20 minutes

— 

Les lumières s'éteignent, la musique résonne et la voix de Robert Hossein retentit. L'histoire peut commencer. Le metteur en scène nous en a révélé les premières minutes, la semaine dernière. En l'an 20 de notre ère, l'empereur Tibère règne sur une grande partie du monde. Deux messagers lui annoncent une nouvelle victoire militaire. « Coupez ! », s'exclame Hossein. L'empereur est mal placé, le messager doit montrer son profil. Les figurants reprennent avant de s'interrompre à nouveau. Robert Hossein recherche la perfection. De telles interruptions ponctuent ainsi toute la répétition. Les minutes se transforment en heures, l'univers hosseinien s'est dévoilé.

Pour faire de Ben-Hur un spectacle populaire, Robert Hossein souhaite mettre à contribution les spectateurs. Des foulards jaunes et rouges leur seront distribués. Comme en l'an 20, chacun aura à soutenir un gladiateur. Mieux, le 26 septembre, les tribunes seront aux couleurs de Rome.