La Pléiade sacre un cachalot

©2006 20 minutes

— 

Moby Dick paraît cette semaine dans la prestigieuse collection de la Pléiade. La première publication de ce monument signé Herman Melville remonte à 1941. C'est Jean Giono qui en avait alors assuré la traduction. Moby Dick apparaissait à cette époque sous les traits d'une baleine et s'était rendu célèbre comme telle. Grave erreur, selon Philippe Jaworski, traducteur du texte pour la Pléiade. Car ce dernier est formel : Moby Dick est en réalité... un cachalot. Ses terribles dents et son nom – Dick, diminutif de Richard – en sont des preuves évidentes. Les honneurs de la Pléiade rimeraient-ils avec la disparition d'un mythe ?

Caroline Sainsard