L’intérimaire a fait ses preuves

— 

 
  — no credit

Deux hommes, une femme. Plusieurs possibilités. Le schéma peut sembler éprouvé. Les acteurs d’Une Intérim d’Enfer prouvent le contraire tous les soirs à la Comédie de Paris.
Deux collègues masculins travaillent sous la direction d’une femme autoritaire, peu attirante et franchement désagréable. Lorsque cette dernière prend son congé maternité, les deux compères fanfaronnent… Jusqu’à ce qu’arrive une ravissante intérimaire à la plastique parfaite.

Si les premiers gags relèvent un peu du potache, puisant leur origine dans des clichés machistes peu ragoûtants où l’homme apparaît sous des traits bestiaux, l’intrigue parvient cependant à se développer et à séduire le public. La jeune intérimaire à la répartie impeccable a bien l’intention de donner une petite leçon à ses deux collègues.
Caricature goûteuse des travers masculins et de certaines attitudes féminines, la pièce est valorisée par Belen Lorenzo dont l’audace de jeu illumine la scène et conquiert la salle.

Caroline Sainsard.

Une Intérim d’Enfer, Comédie de Belen Lorenzo et de Philippe Gruz , à la Comédie de Paris, tous les soirs du mardi au samedi à 20h30, le dimanche à 18h.
Mise en scène de Didier Caron.
Jouée par Belen Lorenzo, Philippe Gruz et Philippe Roux (jusqu’à fin octobre, il sera ensuite remplacé par Olivier Bouana.)