«Adultères», mode d'emploi

©2006 20 minutes

— 

Des Adultères, des névroses, une psychanalyste et New York... On reconnaît sans peine l'univers de Woody Allen, auteur des pièces que met en scène Benoît Lavigne au théâtre de l'Atelier (Paris 18e). Trois Adultères donc, présentés en deux programmes, qui donnent lieu à des joutes verbales éloignées des quiproquos propres au boulevard, mais qui regorgent d'insultes savoureuses et d'observations impitoyables. Du pain bénit pour les acteurs qui, d'un rôle à l'autre, exultent de s'injurier avec autant de classe. Ils ont du nerf et de l'abattage. Suffisamment pour faire oublier que les pièces, au-delà de l'efficacité des répliques, ne vont tout de même pas bien loin...

Ch. L.

Si Woody Allen fut acteur sur les planches dès 1961, ce n'est qu'en 2003 qu'il fit ses premiers pas de metteur en scène de théâtre en créant lui-même, à New York, Riverside Drive et Old Saybrook, deux des trois pièces qui constituent Adultères.