Midem 2013: Trois start-up françaises prometteuses



CULTURE Whyd, Evergig et Eazieer veulent chacune changer notre rapport à la musique sur le web. «20 Minutes» a rencontré ses fondateurs à Cannes...

Annabelle Laurent
— 
Page d'accueil de Whyd, le Pinterest de la musique. 
Page d'accueil de Whyd, le Pinterest de la musique.  — Whyd

Pour une start-up dans le domaine de la musique, impossible de rater le Midem, le marché international de la musique dont la 47e édition se tenait à Cannes ce week-end. C’est pour elles l’opportunité de se faire connaître et, avec un peu de chance, de décrocher des contrats clés. 20 Minutes vous présente trois projets très remarqués.



>> La filière musicale veut sa taxe Google

Whyd: Le Pinterest de la musique


Quoi. Whyd vous permet de regrouper et d'écouter sur une même page la musique que vous récoltez un peu partout sur le Net, qu'elle vienne de YouTube ou de Soundcloud. 

Comment. Une extension à glisser dans votre barre de navigation permet d'ajouter facilement les différents sons à votre playlist Whyd. Par exemple ceux que vous voyez passer sur Facebook sans pouvoir les écouter dans l'immédiat. Vous les «épinglez» pour plus tard, à la manière de Pinterest.

Pourquoi. «La musique qu'on aime est trop dispersée sur le Web. On a voulu créer une seule plate-forme où l'écouter, la partager et surtout découvrir celle qu'ajoutent les autres en s'abonnant à leurs pages», explique le co-fondateur Gilles Poupardin, qui insiste pour présenter Whyd comme un réseau social et un espace de découverte. A chaque fois qu’un membre de Whyd ajoute un titre, il apparaît dans votre fil d’actualités, pour vous donner des idées. 

Quand. Lancé dans un premier temps auprès d'une trentaine de blogueurs spécialisés, puis publiquement le 15 novembre, Whyd a déjà beaucoup de succès. En affichant 20% de croissance moyenne par mois, la plate-forme, sur laquelle sont ajoutés plus de 1.000 titres par jour, compte en seulement deux mois plus de 10.000 membres. Ses fondateurs disent, confiants, «aspirer à des millions!». Du côté des playlists, la tendance est pour l'instant à l'électro, mais Whyd s'étonne d'être «plus mainstream que prévu» en suscitant notamment l'intérêt de nombreuses salles qui s'en servent pour faire les playlists de leur programmation.



www.whyd.com

Evergig: Pour en finir avec les vidéos de concerts «cheap»


Quoi. A partir des vidéos de concert que vous uploadez sur leur site, Evergig réalise un montage «intelligent» et y associe un son HD obtenu en accord avec l’artiste.

Pourquoi. «C’est parti d’un concert. Face à l’impressionnant décor lumineux que créaient les centaines smartphones en train de filmer, on s’est dit: “qu’est ce qu’on peut faire de tout ça?”», explique le co-fondateur Arthur Dagard. Evergig souhaite «augmenter l’expérience que les gens ont sur Youtube»: des vidéos de concert disséminées un peu partout, souvent courtes, avec «un son pourri». Vis-à-vis des artistes, c’est en prime le moyen de «blanchir ces vidéos pirates qui les desservent à cause du son», assure la start-up. Aucun montage n’est en effet possible sans l’accord de l’artiste concerné, auquel est ensuite reversée une partie des revenus obtenus via la pub.

Comment. Une intelligence artificielle analyse toutes les vidéos uploadées selon une dizaine de critères (netteté de l’image, type de plan…) pour les associer et les faire coller au mieux à la bande-son. L’outil privilégie par exemple un gros plan pour un passage vocal, et un plan de la salle pour un passage plus instrumental.

Mais… Encourager les gens à filmer pendant les concerts vous paraît criminel? «On n’encourage rien, on constate. Selon LiveNation, 42% des gens utilisent leur smartphone pendant un concert. On leur propose justement de mutualiser», assurent les fondateurs, qui publient les «dix bonnes pratiques» pour filmer un concert sans insupporter vos voisins. 

Quand. Au terme d’un an et demi de travail nécessaire pour développer l’outil et convaincre l’industrie musicale, le service vient d’être lancé. La bonne nouvelle du Midem pour la start-up: la signature d'un contrat avec Universal, qui lui ouvre l’accès à ses artistes.



www.evergig.com

Eazieer: Pour promouvoir facilement sa musique


Quoi. Eazieer permet aux artistes de vendre directement leurs titres (sans passer par iTunes...), de faire leur merchandising, d'annoncer leurs tournées, de vendre les billets pour leurs concerts et de faire leur promo sur les réseaux sociaux... le tout depuis une seule et même interface. Une solution «all-in-one», clame Eazieer. 

Pourquoi. «Pour un artiste qui se lance, c'est un moyen de se créer en dix minutes un endroit où vendre sa musique, avec la garantie d'une rémunération plus juste. On ne prend que 10% sur la musique», se targuent les fondateurs. Leur idée est aussi de simplifier la vie à l’artiste et aux labels face à la quantité et l’éclatement des données sur le Web. Une fois leur module créé pour leur site, ils peuvent le dupliquer sur Facebook, Twitter, Tumblr, etc. Et tout gérer parallèlement depuis un même endroit. «C'est le moyen d'optimiser leur promotion en exploitant mieux la relation avec leurs fans. Les données sont aujourd'hui complètement sous-exploitées», assure Frédéric Bardin.

Quand. 200 artistes ont pour l’instant créé leur page sur la version bêta lancée en septembre. La plate-forme sera ouverte au public «d'ici un mois ou deux».

www.eazieer.com