Les Zurbamateurs ouvrent la danse

©2006 20 minutes

— 

C'est eux, les Zurbamateurs, qui ouvriront le défilé de la Biennale de Lyon. Trois mille personnes sont attendues sur un parcours de près de deux kilomètres : l'honneur est grand. Mais pour le moment, cette première répétition générale tient de la partie de campagne excitée où, dans un bazar joyeux, tout le monde essaye ses costumes. On ne voit pas très bien comment Aurélien Kairo, le jeune chorégraphe de la compagnie De Fakto va maîtriser ses 120 participants. La quinzaine de membres de la chorale à Voix et à vapeur s'échauffe dans un coin... Le camion qui porte les musiciens du groupe d'électro Le Peuple de l'herbe attend quelque part. Les 80 danseurs ont un mal fou à apprendre les corrections de dernière minute. Mais ni tension ni énervement : une tranquille assurance sans doute liée à la nature particulière de cette parade. Contrairement aux vingt et un autres groupes sélectionnés pour cette année, celui-ci n'est pas adossé à une compagnie de danse ou à un centre culturel. Les Zurbamateurs sont regroupés en une association qui rassemble des partenaires très différents d'où une organisation à la fois souple et rigoureuse.

Au son de la batuk, l'orchestre de percussions que dirige Dominique Chère, le défilé se met enfin en ordre : danseurs, choristes, orchestre et, fermant la marche, le camion des musiciens. Tout le monde lève les bras et marque le tempo. Il y a Angélique, jolie blonde souriante, comptable qui voulait s'amuser pendant le défilé ; il y a aussi des étudiantes, des lycéennes... Le groupe avance. La gestuelle s'accélère et évoque l'instrumentalisation des gens. Mais, comme tout doit s'achever joyeusement, la fête et la révolte débouchent sur un monde meilleur. La danse est simple et clairement inspirée du vocabulaire hip-hop. L'enthousiasme prend vite et les promeneurs qui, par ce brûlant après-midi viennent prendre le frais au parc de Gerland se transforment en spectateurs parfois un peu encombrants. Dimanche, les Zurbamateurs seront prêts.

Philippe Verrièle