Le couple a chasséle «moi» des romans

Karine Papillaud

— 

LESIAK / ENPOL / SIPA

La famille, les couples, l'enfance enfouie sont parmi les grands thèmes de cette rentrée de janvier, dont la qualité fait de l'ombre à celle de septembre. parmi les 525 romans français et étrangers, de grands noms se détachent, comme celui de Marie NDiaye, qui mêle femmes et fantastique au thème complexe de la famille dans Ladivine (Gallimard, début février). Julian Barnes revient avec le Man Booker Price 2011, Une fille, qui danse (Mercure de France), où le narrateur se repenche sur les souvenirs d'un suicide mystérieux et d'une union avortée. Dix ans après Middlesex et dix-huit après Virgin Suicides, Jeffrey Eugenides décrit les péripéties amoureuses de trois étudiants dans Le Roman du mariage (L'Olivier).

Des romans qui marchent


Cette rentrée de grands écrivains laisse aussi la place à de jeunes mais sûrs talents. On retiendra Christophe Mouton, qui raconte dans Notre mariage, faire-part (Julliard) l'union d'une femme avec un homme, vu par son ex, et déploie la tragicomédie d'un adulescent qui refuse de grandir. Ou encore Emilie Frêche, qui évoque, dans Deux étrangers (Actes Sud), les souvenirs d'une enfance douloureuse auprès d'un père dont elle s'est éloignée. L'enfance encore, celle d'Alain Mabanckou, plus touchant que jamais dans Lumières de Pointe-Noire (Seuil). Après L'aube, le soir ou la nuit qui racontait la campagne de Nicolas Sarkozy en 2007, Yasmina Reza revient avec Heureux les heureux (Flammarion), inspiré par les Huit Béatitudes en Saint Matthieu, qui coupe en tranches le sort de couples agités. «Le livre fonctionne très bien chez nous, explique Anne-Sophie Thuard, de la librairie Thuard au Mans. Tout comme 06h41 de Jean-Philippe Blondel (Buchet Chastel) avec deux amants qui se retrouvent des années plus tard dans un train. Le public va vers les auteurs confirmés, comme Philippe Besson avec De là, on voit la mer (Julliard) ou Je vais mieux (Gallimard), un nouveau David Foenkinos qui plaît énormément.» Mais la rentrée, c'est surtout la sortie de 50 nuances plus sombres (Lattès) qui cartonne avec 550 000 ventes en trois semaines. ■