«Mais... c'est The Actress !»

— 

Alexandra Lamy interprète Misia, égérie de la Belle Epoque.
Alexandra Lamy interprète Misia, égérie de la Belle Epoque. —

La comédienne Alexandra Lamy remonte sur les planches, au théâtre de l'Atelier, à Paris, dans La Vénus au phacochère de Christian Siméon. Un seul en scène situé à la Belle Epoque où elle passe avec élégance d'un personnage à l'autre : Misia, son mari et sa meilleure amie.

J'aime l'écriture de Christian Siméon, drôle, cruelle, émouvante. Et ce personnage de Misia, une femme très charismatique. L'égérie des grands peintres, proche de Mallarmé ou Bergson. Elle avait un flair incroyable pour repérer les artistes. Quand on regarde les peintures de Lautrec, Renoir ou Vuillard, pour qui elle a posé, ce n'est jamais la même femme. Elle était mouvante. Pour une actrice, c'est un bonheur à jouer.

Je dois être très précise pour pouvoir passer d'un personnage à l'autre sans que le spectateur n'ait d'effort à faire. Le danger c'est la précipitation. Je ne dois jamais me laisser déborder. Si je rate une phrase, je ne dois rien lâcher. Je dois rester extrêmement concentrée sans oublier de m'amuser.

Je ne lui avais rien dit de la pièce, exprès. Il l'a donc reçue comme un spectateur lambda. Il m'a fait ce petit compliment que j'ai trouvé délicat. Il m'a dit : «Mais… c'est The Actress !» ■

Recueillis par Sarah Gandillot