La photographe Irina Ionesco condamnée pour les photos érotiques de sa fille enfant

A.G.

— 

Irina Ionesco a été condamnée ce lundi par le tribunal de grande instance (TGI) de Paris à verser 10.000 euros de dommages et intérêts pour atteinte au droit à l’image et à la vie privée de sa fille Eva, annonce l’AFP. Cette dernière demandait 200.000 euros de dommages et intérêts à sa mère pour des clichés sulfureux réalisés dans les années 1970, alors qu’elle était âgée de 4 à 12 ans.

Le TGI a par ailleurs ordonné la restitution de nombreux négatifs, mais a rejeté les autres demandes d’Eva Ionesco, qui souhaitait que la justice interdise à sa mère d’exploiter les photos incriminées.

Au cours de l’audience du 12 novembre, la mère et la fille s’étaient affrontées par avocats interposés, indique l’AFP. Celui de la photographe avait estimé que les faits étaient prescrits et que sa fille était animée d’une «haine» et d’une «rage» contre elle.