L'heureux mélange du gwoka-jazz

©2006 20 minutes

— 

Jacques Schwarz-Bart est l'un des saxos de jazz les plus demandés de la scène new-yorkaise. S'il excelle aujourd'hui dans le hard-bop, ce musicien de 44 ans n'a longtemps joué qu'en dilettante. Guadeloupéen, juif, passé par Sciences-Po et la haute administration française, son CV en fait autant une curiosité que le style musical de son premier album de compositeur, Soné Ka-La. Son gwoka-jazz est un heureux mélange de musiques afro-américaines – funk, soul, jazz... – et de gwoka, un rythme créole sophistiqué et diablement efficace. Un cocktail à savourer sur scène demain soir au Trabendo (Paris 19e) dans le cadre du festival Jazz à la Villette.

B. C.