Voix de paresseux

CINÉMA epuis dix ans, Elie Semoun prête sa voix à Sid, le célèbre et attachant personnage de «L'Age de Glace»...

Virginie Tauzin

— 

Depuis le premier opus de l'Âge de glace, c'est Elie Semoun qui prête sa voix à Sid.
Depuis le premier opus de l'Âge de glace, c'est Elie Semoun qui prête sa voix à Sid. — Baltel / Sipa

C’est un timbre familier, qui grimpe vite dans les aigus. Sid, ce personnage poilu et attachant dont il assure la voix française dans la saga préhistorique L’Age de glace, Elie Semoun ne s’en lasse pas. Même après dix ans et quatre épisodes. «Je me suis attaché à lui», reconnaît-il. Le 4e opus, La dérive des continents, qui a cartonné l’été dernier au cinéma avec près de 7 millions de spectateurs, vient de sortir en DVD. L’occasion de revenir avec l’humoriste sur l’aventure du doublage.

«Sid parle vite et il zozote»

Entre le comédien et le paresseux, c’est de la technique avant tout. Un grand écran diffuse le film, tandis qu’en dessous, sur toute sa largeur, défile une bande numérique (dite bande rythmo) contenant le texte synchronisé avec les mouvements des lèvres du personnage. Tout est préparé en amont par la société de doublage qui, grâce à un détecteur travaillant sur la version originale, inscrit sur la bande les dialogues, mais aussi toutes sortes d’indications, comme des soupirs ou des rires. L’écriture est étirée si le personnage parle lentement, serrée s’il débite. «Sid parle très vite et il zozote, il a fallu s’adapter. Au début, on doit découvrir le personnage, trouver la voix et le ton qui conviennent. Maintenant, je le connais par cœur, alors ça va vite.»

Vite en effet, car le doublage de la voix de Sid a été bouclé en une journée à peine. «On est seul, debout, appuyé sur une barre face à l’écran. Les autres acteurs ne sont pas avec nous, ce serait trop difficile techniquement.» Tous les doubleurs, dont Gérard Lanvin, qui double le mammouth Manny, et Vincent Cassel, qui prête sa voix au tigre Diego, se rendent donc au studio d’enregistrement à tour de rôle.

Plein la vue à new York

Pour Elie, qui compte une quinzaine de doublages dans sa voxographie (liste des voix), l’apprentissage s’est fait sur le tas. «Il n’y a pas de formation, plus on pratique et plus on est à l’aise», raconte-t-il en se remémorant son premier doublage: «C’était pour une série américaine. Je lisais tout sur la bande, faisais ma voix et celle de mon écho. Je n’étais pas très au point…» Si le doublage est pour lui une «bulle d’oxygène», pas question pour autant de s’y adonner plus régulièrement: «C’est un milieu très fermé. Des comédiens y font carrière et voient d’un mauvais œil l’arrivée de personnes connues.»

Cerise sur le gâteau, être la voix officielle de ce personnage lui a valu d’être invité par la Fox dans les studios d’animation de New York. Une semaine pendant laquelle il en a pris plein la vue: «J’ai découvert les secrets de fabrication. Ils façonnent des personnages en pâte à modeler qu’ils prennent en photo sous tous les angles pour faire de la 3D. Deux secondes à l’écran nécessitent trois semaines de boulot.» Ce voyage l’a rapproché de Sid: «J’ai vu l’évolution de son dessin depuis le début, c’était drôle.» Pour la suite, il sera bien sûr de la partie, impatient de découvrir où va mener la romance entre Diego et Shira, la jolie tigresse.

 

>> Retrouvez notre Hotte Liste Cinéma par ici

>> Retrouvez notre dossier sur les secrets de fabrication de Noël par là