Comics en slip

SUPER-HÉROS ionniers de l'underwear en lycra imprimé, les créatifs de la marque Pull-in continuent d'orner leurs boxers de figures de super-héros...

Guillaume Dufau

— 

Pour designer les sous-vêtements Pull-in, il faut du brainstorming.
Pour designer les sous-vêtements Pull-in, il faut du brainstorming. — F. Rabatel / 20 Minutes

C’est un monde onirique, peuplé de cœurs et d’étoiles multicolores, de fruits et de sucreries appétissantes, de super-héros et d’objets familiers de la pop culture... Dans les disques durs du service création de Pull-in comme sur les portants du show-room de la marque, à Hossegor, se cache un véritable trésor de «graphics» qui ont révolutionné le monde un rien conservateur de la lingerie. «Nous gardons toutes les collections depuis douze ans, à raison de 200 modèles par an, sans oublier les séries ultra-limitées et des imprimés jamais commercialisés. Peut-être pour une expo, un jour», lance Emmanuel Léhac, qui a fondé la marque en 2000.

Reculotter les rugbymen du Stade Français

Au centre du dispositif, un directeur artistique et son staff planchent sans cesse sur de nouveaux motifs. «80% des collections sont développées en interne, 12% en co-branding et 8% en collaboration avec des artistes», détaille celui qui cite spontanément parmi ses modèles préférés le premier hit de la marque, le cultissime imprimé «fraises», sans cesse revisité. «Je reste aussi un inconditionnel du camouflage des débuts et de la série imaginée par les artistes de StepArt. Mais il est clair que nos co-brandings sont aujourd’hui très attendus par nos fans collectionneurs.»

Parmi les plus prestigieux de ces partenariats, citons évidemment la collection consacrée aux super-héros Marvel, au facétieux Bob l’Eponge, ou encore la collaboration avec la franchise de jeux vidéo Ubisoft et son best-seller «Lapins Crétins». Pull-in s’est même payé le luxe de reculotter les rugbymen du Stade Français!

Pour les filles aussi

Mais si la créativité et l’originalité des imprimés et de la bande élastique restent l’identité même de Pull-in, c’est la technicité des matériaux et la qualité des coupes qui ont fidélisé les aficionados de la marque. «Les femmes, sensibles aux belles matières ont dès le début craqué pour le look du boxer homme en lycra, et surtout pour la sensation au toucher», raconte Emmanuel Léhac, qui a su surfer sur cet engouement en créant une marque de lingerie lancée à l’automne dernier: Mademoiselle Pull-in. Aujourd’hui présente dans plus de vingt pays, la marque landaise reste fidèle au postulat de base inscrit dans son ADN: créer des sous-vêtements destinés à être montrés, qui reflètent l’état d’esprit et le style vestimentaire de celui qui les porte.

 

>> Retrouvez notre Hotte Liste Action par ici

>> Retrouvez notre dossier sur les secrets de fabrication de Noël par là