Des capsules et du cachemire

BEAUTÉ e laboratoire Naturasciences a lancé une gamme de cosmétiques à partir d'un minéral issu des sols de Touraine et de laine de cachemire française...

Jérôme Giquel

— 

Blanc Cachemire a été élaboré par le laboratoire Naturasciences.
Blanc Cachemire a été élaboré par le laboratoire Naturasciences. — J.Gicquel / 20 Minutes

Une poignée de minéraux organiques, un soupçon de fibres de cachemire, le tout assorti d’une pointe de technologie. Voilà pour les ingrédients de Blanc Cachemire, la nouvelle gamme de produits cosmétiques que lance ces jours-ci le laboratoire français Naturasciences, implanté à Cormery, en plein pays tourangeau. «Mais pour la recette, c’est secret-défense!», sourit Jean-Roger Morvan, son directeur. Ce chimiste de formation a décidé de replonger dans le bain des crèmes et autres soins capillaires. Dans ses bagages, le brevet du BiorcalTM, une substance extraite du falun. «Un calcium organique vieux de 15000 ans que l’on retrouve dans les sols de Touraine.»

Bon pour la peau et les cheveux

Ce minéral a comme vertu de stimuler la production de collagène, permettant ainsi de raffermir la peau et d’atténuer les effets de l’âge. Une fois la substance active mise au jour, il fallait alors trouver un nom à la gamme de produits. «On travaillait sur des crèmes, donc c’était normal de retrouver blanc dans le nom. J’ai proposé de l’associer avec le mot cachemire. Cela résumait bien le concept de produits bio et chic», précise Stanislas Belhomme, directeur associé de Naturasciences.

La formule séduit Jean-Roger Morvan tout autant qu’elle l’intrigue. «Quitte à utiliser le nom dans la gamme de produits, j’ai voulu voir ce qu’il y avait d’intéressant dans le cachemire.» Direction donc les alpages de Sisteron, à la rencontre d’un des seuls éleveurs de chèvres cachemire en France. Le PDG en revient avec quelques grammes de laine soigneusement prélevés au peigne. «Nous avons procédé par hydrolyse pour extraire ce qui était contenu dans la fibre de cachemire», détaille Vincent Bourgeteau, directeur général du laboratoire Ephyla.

Domaine de l'infiniment petit

Les résultats vont dépasser leurs espérances: le cachemire contient des actifs pour la peau et les cheveux. «Ce qui était purement marketing s’est transformé en une expérience scientifique», s’amuse Stanislas Belhomme. Les deux ingrédients sous la main, les laborantins s’attaquent alors à leur assemblage. Et plutôt que d’utiliser une technique d’émulsion classique, ils développent un procédé d’encapsulation «qui permet de maintenir les vertus intactes», selon Vincent Bourgeteau. «Les microcapsules éclatent et les composés pénètrent alors directement dans les pores de la peau», décrit Stanislas Belhomme.

Les clientes auront cependant beau chercher les capsules dans leur pot de crème, elles ne les apercevront guère. La technique d’encapsulation relève en effet du domaine de l’infiniment petit, chaque pot de 50ml en contenant environ 5millions.

 

>> Retrouvez notre Hotte Liste Glamour par ici

>> Retrouvez notre dossier sur les secrets de fabrication de Noël par là