Lapin s'en va-t-en guerre

©2006 20 minutes

— 

Remplacer les protagonistes d'un conflit par des animaux ne le rend pas moins cruel. Le Japonais Motofumi Kobayashi en fait la preuve avec le premier volume de sa trilogie Cat Shit One (Glénat). Dans ce manga, les belligérants de la guerre du Vietnam participent d'un bestiaire déroutant : les Américains sont figurés par des lapins, les Vietcongs sont des chats et les Français... des cochons ! Si la forme surprend, le fond fascine puisque le récit, très réaliste, s'appuie sur des faits historiques. On pense à Maus, du fils de déportés Art Spiegelmann, qui opposait souris et chats sur fond d'Holocauste. Mais le travail de Kobayashi, plus clinique car moins impliqué émotionnellement, relève, lui, du pur divertissement.

O. M.