Les sables-d'olonnecôté terre

La Rédaction du Routard

— 

Le port et ses maisons typiques aux toits de tuiles promettent une charmante promenade.
Le port et ses maisons typiques aux toits de tuiles promettent une charmante promenade. — NECO/ABRAHAM/SIPA

A quelques heures du départ du Vendée Globe, les Sables-d'Olonne sont en effervescence. Une ambiance festive idéale pour découvrir la station balnéaire vendéenne. On commencera par la Chaume, ancien quartier de pêcheurs et berceau des Sables-d'Olonne. Charmante flânerie le long de maisons typiques avec toits de tuiles et fenêtres à hauteur de la chaussée. Quelques belles maisons d'armateurs, du temps de la pêche à la morue, contrastent avec l'urbanisation moderne du reste de la station. Sur la même rive, le château Saint-Clair abrite le musée de la Mer et de la Pêche avec une belle collection de maquettes de bateaux. Les 127 marches de son escalier en colimaçon vous hissent au sommet de la tour d'Arundel. Superbe panorama !

Coquillages et pandas
A l'est du chenal, le remblai. Edifié au XVIIIe siècle pour protéger la ville des fureurs de l'Océan, c'est aujourd'hui une agréable promenade tournée vers la baie bordée d'immeubles cossus, de cafés et de boutiques. Si la météo le permet, on profitera des rayons du soleil automnal sur la grande plage qui s'étend sur près de 3 km en centre-ville. Mais pour plus d'intimité il faut aller un peu plus loin sur les plages de la Côte Sauvage. A l'inverse, en cas de pluie, on s'abritera au musée de l'Abbaye Sainte-Croix. Ce beau prieuré du XVIIe siècle accueille un remarquable musée consacré à l'ethnographie maritime et à l'art contemporain : œuvres à caractère érotique de Victor Brauner, artiste surréaliste roumain, réalisations de Gaston Chaissac, autodidacte apparenté à l'art brut. On y trouve aussi des Derain, des Combas… Le Muséum du coquillage fera le bonheur des enfants, à moins qu'ils ne préfèrent le zoo avec ses manchots, ses pandas et sa grande volière.