Nos francs-tireurs pop s'engagent à l'étranger

MUSIQUE Des groupes français cartonnent à l'étranger, sous des labels... anglais et américains...

benjamin Chapon

— 

« La caisse de résonance de Melody » et « Les couteaux sur le béton ».
« La caisse de résonance de Melody » et « Les couteaux sur le béton ». — DIANE SAGNIERDR

Les deux meilleurs disques de l'automne sont l'œuvre de Français et sortent sur des labels… américain et anglais. Melody's Echo Chamber est le nom de scène derrière lequel se cache l'Aixoise Melody Prochet. Et Concrete Knives est un groupe de Normands 100% pur jus. La première a signé chez Fat Possum, les seconds sur Bella Union. Il est trop tôt pour parler d'une épidémie, mais le phénomène peut inquiéter, un an après la signature chez les Anglais de Domino, de François and The Atlas Mountain, meilleur groupe pop français depuis… ouh, longtemps.

L'export d'attache

Pas tout à fait débutants, puisqu'ils collectionnent concerts et concours depuis quatre ans, Concrete Knives a tout simplement «accepté la première proposition». Il se trouve qu'elle émanait de Simon Raymonde, directeur de Bella Union, l'écurie pretigieuse de Beach House, Fleet Foxes, Midlake et Jonathan Wilson. «Il est venu nous voir après un concert qu'on a donné au Canada, raconte Nicolas Delahaye. Une fois le contrat signé, le label ne nous a rien demandé. Ils étaient juste contents d'entendre nos chansons quand on les leur a envoyées. Non seulement, Simon Raymonde nous a fait confiance mais il s'est surtout fait confiance à lui-même, à son oreille.» Sans doute a-t-il été séduit par le potentiel planétaire de chansons pop chorales et ferventes que n'ont pas entendues les labels français.

«Je n'ai jamais pensé que ma musique puisse plaire en France, assume Melody Prochet. Quand je retourne dans ma famille, j'ai presque honte de leur faire écouter. Ils aiment la pop commerciale, la chanson.» Loin, bien loin, de sa dream pop astrale et cradingue enregistrée à Perth, en Australie, par Kevin Parker, de Tame Impala. Là encore, les labels français sont restés sourds. La barrière de la langue peut-être? «J'écris peu en français parce que j'ai du mal à trouver mes mots.» Le titre «Bisou magique» est pourtant le plus beau de son album. «Je l'ai écrit d'un seul jet, ça ne m'était jamais arrivé. J'étais à Perth et j'en avais marre d'entendre parler anglais avec ce gros accent australien.» Le salut de la pop française viendra peut-être de l'exil de ses meilleurs représentants.

La pop et le territoire

L'espoir est permis. La merveilleuse compilation Une éducation française présente les titres de 20 prometteurs artistes de nos terroirs. Dont la pop noire du Rochelais Lescop, celle énervée des Biarrots de La Femme, la pop miracle des Rémois de The Bewitched Hands… Et ce n'est qu'un volume 1…