Réfugiés aux quatres coins de la scène

© 20 minutes

— 

Ariane Mnouchkine revient à ses premières amours : traiter, par le théâtre, un sujet d’actualité. Ici le sort de réfugiés clandestins. Le Dernier Caravansérail (Odyssées) se présente comme un ensemble de saynètes fulgurantes, successions d’anecdotes récoltées à Sangatte, en Australie ou en Nouvelle-Zélande. Ils sont afghans, kurdes, russes, iraniens, prêts à tout pour fuir le désespoir et la mort, mais finissent bien souvent leur voyage parqués dans des camps, en transit... Ariane et sa trentaine de comédiens entremêlent tout un ensemble d’histoires singulières et les transcendent pour évoquer le drame d’un peuple ou d’un pays. Les témoignages, lus et projetés, constituent la base de séquences trop nombreuses pour être jouées en une seule fois, le spectacle se décline donc en de multiples versions ! Le décor change à vue, ses éléments sont tirés par des fils, les personnages se déplacent sur des planches à roulettes manipulées par d’autres comédiens... Système simple et génial qui magnifie l’ensemble et traduit la fatalité des destins. A découvrir jusqu’à fin juin à la Cartoucherie de Vincennes, le spectacle sera repris cet été à Avignon. Céline Jacq