La grande Sacem a grandement remis ses Grands prix

— 

Avant que les prix littéraires ne pleuvent comme à Gravelotte, la Sacem a décerné hier ses Grands prix, censés remettre du baume en chœur à une industrie musicale déprimée. Le Grand prix de la chanson française remis à Camille, chanteuse connue et reconnue, ou le Prix spécial remis à Catherine Ringer, inoxydable rockeuse populaire, flattent notre exception culturelle. En revanche, le Grand prix des musiques électroniques remis au duo Justice, qui a connu un désastre industriel avec son deuxième album, ou le Prix Francis Lemarque à Anaïs, qui peine à trouver son public depuis ses débuts prometteurs témoignent de la difficulté à faire se rencontrer grand public et grands artistes. Le Grand prix du jazz à Richard Bona et celui des Musiques du monde à Tiken Jah Fakoly consacrent, eux, des talents reconnus. Plus surprenant, voire inquiétant, le Prix du répertoire Sacem à l'export décerné aux Gipsy Kings.B.C.