Vol de tableaux à Rotterdam: Retour sur quelques disparitions marquantes d'œuvres d'art

CULTURE Voler un tableau est souvent une entreprise subtile et rondement menée...

Corentin Chauvel

— 

L'emplacement d'un tableau de Matisse, volé au musée de Rotterdam (Pays-Bas), le 16 octobre 2012.
L'emplacement d'un tableau de Matisse, volé au musée de Rotterdam (Pays-Bas), le 16 octobre 2012. — R. VAN LONKHUIJSEN / REUTERS

Si le vol de tableaux peut paraître une chose complètement folle de nos jours et surtout bien mystérieuse, ce genre de coup d’éclat revient régulièrement sur le devant de la scène, à l’image du vol mardi à Rotterdam (Pays-Bas) de sept toiles de maître, dont une oeuvre de Pablo Picasso, un Henri Matisse et deux Claude Monet. 20 Minutes revient ainsi sur quelques disparitions marquantes de ces cent dernières années.

>> Pourquoi y a-t-il des vols de tableaux? La réponse par ici

1911, Mona Lisa retourne au pays

C’est le vol le plus emblématique du Louvre. Considérant que la Joconde devait retrouver son pays d’origine, l’Italie, un ouvrier et ancien employé italien du musée, Vincenzo Perrugia, s’en empare un matin du mois d’août 1911 après s’être laissé enfermé dans l’ancien palais royal pendant la nuit. Le voleur va bien la rapporter en Italie, mais se fera pincer deux ans plus tard alors qu’il essaye de la revendre à un antiquaire de Florence.

1934, l’œuvre d’art la plus volée au monde

L’Adoration de l'Agneau mystique ou Autel de Gand tient un sacré palmarès. Ce polyptyque flamand, peint par les frères Van Eyck au 15e siècle pour la cathédrale de Gand (Belgique), a été volé sept fois en 600 ans. Le dernier outrage envers ce qui est considéré comme l'un des plus importants chefs-d'œuvre de l'histoire de la peinture a eu lieu en 1934 avec la disparition de deux de ses nombreux panneaux. Le voleur, qui a exigé une rançon, a rendu l’un des deux panneaux quelques mois plus tard, emportant le lieu du second, remplacé depuis 1945 par une copie, dans sa tombe.

Le «Takeaway Rembrandt»

Jacob de Gheyn III a lui aussi beaucoup d’admirateurs. Depuis 1966, son portrait immortalisé par Rembrandt, exposé à la Dulwich Picture Gallery de Londres, a été volé à quatre reprises depuis 1966, à chaque fois pour des raisons (revente, plaisir personnel) et avec des moyens (de nuit, de jour, sous le manteau ou en passant par le toit)  différents. Sa disparition a duré de quelques minutes à plusieurs années. La dernière date de 1983, sa sécurité a nettement été améliorée depuis.   

1990, l’œuvre volée la plus chère du monde

Un record historique. Ce sont plusieurs centaines de millions de dollars de tableaux (treize au total) qui disparaissent en mars 1990 du musée Isabella Stewart Gardner de Boston. Déguisés en policiers, les voleurs ligotent les deux gardes et se servent dans la collection, parfois au cutter pour les tableaux les plus grands. Parmi les œuvres volées, Le Concert de Vermeer, qui est à ce jour le tableau volé le plus cher du monde, d’une valeur d’un million de dollars (environ 760.000 euros). Le musée offre une récompense de cinq millions de dollars (environ 3,8 millions d’euros) pour toute information permettant de mettre la main sur les œuvres, toujours introuvables depuis.

2006, carnaval et dérobade à Rio de Janeiro

Les voleurs de tableaux usent de tous les stratagèmes pour arriver à leurs fins et on ne peut nier la qualité de certains. Les quatre tableaux (des Dali, Matisse, Picasso et Monet) volés en février 2006 dans un musée de Rio de Janeiro (Brésil) l’ont été en plein carnaval, ce qui a permis aux voleurs, tout de même lourdement armés, de s’évanouir dans la foule nombreuse après leur forfait. Eux et leurs œuvres n’ont jamais été retrouvés.

2010, dernier coup d’éclat à Paris

Le dernier musée français à avoir été victime d’un vol conséquent d’œuvres d’art est le musée d’Art moderne de Paris. Un Picasso, un Matisse, un Braque, un Modigliani et un Fernand Léger ont disparu en mai 2010, un forfait estimé à près de 100 millions d’euros. Si trois personnes ont été arrêtées dans l’affaire il y a un an, les tableaux sont eux toujours dans la nature.