Exposition "Les Jouets Star Wars" au musée des Arts décoratifs, à Paris.
Exposition "Les Jouets Star Wars" au musée des Arts décoratifs, à Paris. — Fred Dufour / AFP

CULTURE

A l'expo «Jouets Star Wars», les figurines refont les films

Au musée des Arts décoratifs, à Paris, une petite exposition présente des produits dérivés de la saga de science-fiction «La Guerre des Etoiles»...

C’est la première fois au monde que des jouets Star Wars sont exposés dans un musée: 450 objets, surtout des jouets, mais aussi des affiches, des masques, des peluches, des trousses, des jeux vidéo…  On y trouve aussi quelques pièces étonnantes, comme le Speeder Bike à pédales, un tricycle produit à quelques centaines d’exemplaires. Impossible de quantifier le nombre de produits dérivés, personne ne les a répertoriés, mais on les estime à une centaine de milliers. Ceux présentés au musée des Arts décoratifs, à Paris, proviennent de la collection ScienceFictionArchives.com, géré par Arnaud Grunberg, 46 ans, dont le père a fondé la chaîne La Grande Récré. A 11 ans, il a tenu son premier jouet Star Wars entre les mains. Aujourd’hui il en possède des milliers, dispersés entre trois entrepôts en France.

2.500 figurines dans la collection complète

«Pour George Lucas, créateur de la saga Star Wars, c’était important de créer des produits dérivés, mais ça n’a pas été simple, raconte Dorothée Charles, commissaire de l’exposition. Le licencié, le fabricant américain Kenner, n’a été trouvé qu’un mois avant la sortie du premier film. Pour pallier le fait que les enfants n’auraient pas les jouets à la Noël 1978, ils ont lancé une super idée de marketing: le early bird certificate package», soit un présentoir où poser de futures figurines en préachat. Aujourd’hui, la collection complète de figurines avoisinerait les 2.500 pièces. Une gamme de poupées avait aussi été lancée à l’époque, mais rapidement interrompue. Trop coûteuse.

De plus en plus sophistiquées

Hasbro, numéro deux mondial du jouet, rachète la licence «Star Wars» en 1995 et fait évoluer les figurines. Elles deviennent plus sophistiquées. «Le design des jouets est influencé par les limites de la technologie, explique Arnaud Grunberg. A partir du moment, où les fabricants de Kenner ont voulu vendre des figurines à petit prix, ça oblige forcément à contourner les problèmes et à styliser les personnages.» Au début, elles sont assez rigides alors qu’aujourd’hui elles sont fines et articulées.

Des scènes clé de la saga

L’exposition a été adoubée par Lucasfilms. «Tout a été envoyé aux Etats-Unis pour approbation», raconte Arnaud Grunberg, des textes aux photos en passant par les plans de l’expo. Car les figurines rejouent des scènes clés de la saga Star Wars. Comme celle du Retour du Jedi où les Ewoks dans la forêt d’Endor prennent C-3PO pour un dieu vivant. A propos de dieu vivant, George Lucas viendra-t-il? Arnaud Grunberg n’a aucun doute: «Oh, il viendra, mais personne ne le saura. Ce serait marrant qu’il découvre des objets qu’il n’a jamais vus.»

«Les jouets Star Wars», au musée des Arts décoratifs, jusqu’au 17 mars 2013.