Festival de Cannes 2023 : La Française Justine Triet remporte la Palme d'or pour « Anatomie d'une chute »

PALMARES Revivez la dernière montée des marches et la soirée du palmarès avec nous

Stéphane Leblanc
— 
Justine Triet palme d'or 2023 pour « Anatomie d'une chute »
Justine Triet palme d'or 2023 pour « Anatomie d'une chute » — AFP

L'ESSENTIEL

  • La 76e édition du Festival de Cannes s'est achevée ce samedi 27 mai. 
  • La Française Justin Triet remporte la Palme d'or, c'est la seconde pour une Française et la troisième remportée par une femme.
  • « The Zone Of Interest » de l'Allemand Jonathan Glazer remporte le Grand prix du jury.

A LIRE AUSSI :





A VOIR AUSSI :



21h20 : Jane Fonda remet la Palme d'or à Justine Triet pour « Anatomie d'une chute »

Et voilà, ce live se termine sur une victoire française. La réalisatrice de La Bataille de Solferino, de Victoria et de Sybil est la troisième femme et la deuxième Française à recevoir la Palme d'or ! Elle a l'air contente, Justine Triet, qui remercie Arthur Harari, le réalisateur de Onoda, qui l'a « aidée à écrire ce film », et à l'actrice Sandra Huller qui lui « a fait fantasmer ce film »... Elle dit aussi deux mots sur la réforme de la retraite et les dangers qui menancent l'exception culturelle française.

21h16 : « The Zone of Interest » de Jonathan Glazer reçoit le Grand Prix

Ce qui veut dire que la troisième femme à remporter la palme d'or est la Française Justine Triet !!! Sinon, The Zone of Interest de Jonathan Glazer ? C'est LE grand choc de cette édition 2023. Impossible de passer à côté tant le réalisateur allemand d’Under the Skin signe un film radical et glaçant sur la vie quotidienne du commandant du camp d’Auschwitz et de sa famille dans le petit pavillon situé à proximité du camp. 


21h14 : Plus que deux prix et deux prétendants

Anatomie d'une chute de Justin Triet ou The Zone of Interest de Jonathan Glazer ? Il ne reste a priori que deux prétendants pour le Grand prix et pour la Palme d'or ! Et dans les deux films, une même actrice. Révélée à Cannes par Toni Erdmann en 2016, l'Allemande Sandra Hüller va être à la fête, même si c'est pour des rôles difficiles et pas forcément très sympathique : femme accusée du meurtre de son mari dans Anatomie d’une chute de Justine Triet, épouse égoïste et bourgeoise d'un commandant de camp nazi dans The Zone of Interest. Pour notre journaliste ciné Caroline Vié, « 2023 est son année ».


21h08 : Prix de la mise en scène : Tran Anh Hung pour « La Passion de Dodin Bouffant »

Benoît Magimel est là, Juliette Binoche n’y est pas, mais elle est remerciée par le cinéaste, « c’est vraiment la femme d’une seule personne ». En tout cas, c’est un film que notre journaliste Caroline Vié a apprécié.



21h04 : Prix du jury : « Les Feuilles mortes » d'Aki Kaurismaki

Les acteurs du film sont là, mais où est Aki Kaurismaki ? Ben il n'est pas là en fait !

Heureusement que notre journaliste cinéma avait animé sa conférence de presse, à relire ici ! Ainsi que tout le bien qu'elle pense du film.



20h57 : Meilleur scénario : Yuji Sakamoto pour « Monster » de Kore-eda

Cinq ans après sa Palme d’or pour Une affaire de famille, et un an après le prix d'interprétation pour Song Kang-ho pour Les Bonnes étoiles, le cinéaste japonais remporte le prix du scénario avec Monster, film qui traite du harcèlement scolaire que subit un écolier. L’histoire est montrée du point de vue de la mère veuve de l’enfant, de son professeur puis du gamin lui-même, afin de mieux comprendre ce qui a pu se passer. 




20h51 : Meilleur interprétation féminine : Merve Dizdar pour « Les Herbes sèches »

Barrie Larsson rend le prix à la comédienne turque Merve Dizdar pour Les Herbes sèches de Nuri Bilge Ceylan. Elle interprète Nuray, jeune femme rescapée d’un attentat terroriste en Turquie, qui va révéler, par sa finesse et sa psychologie, l’ampleur de son égoïsme au personnage principal. Elle avait déjà recu un prix de la meilleure actrice au Festival international du film d'Antalya en 2022 pour son rôle dans le film turc Snow and the Bear.





20h46 : Le prix d'interprétation masculine à Koji Yakusho pour « Perfect Days »

Denis Menochet va l'annoncer et... il est pour l'acteur japonais Koji Yakusho, héros du film de Wim Wenders Perfect Days qu'il a tourné à Tokyo ! Notre journaliste ciné Caroline Vié me glisse à l'oreille : « Sublime Koji Yakusho, en employé municipal chargé de nettoyer les toilettes publiques, qui envoûte sans presque prononcer une parole. Le dernier plan du film, bouleversant, est un grand moment de cinéma. »



20h44 : Le jury arrive sur scène au complet

Annoncé par Chiara Mastroianni...

20h40 : Et la Caméra d'or ?

Anaïs Demoustier fait une « Spikle Lee » et décerne la palme d'or, heu non la Caméra d'or, au meilleur premier film du festival, à L'Arbre aux Papillons d'or sélectionné à la Quinzaine des cinéastes.




20h36 : Et la Palme d’or du court-métrage est attribuée à Flora Anna Buda




20h33 : Kaurismaki échappe aux radars

D'après notre journaliste cannois Fabien Binacchi, l'équipe d'Aki Kausimaki est furtivement passée devant (sur?) les marches, au moins ses acteurs... Chouette ! tant on a aimé son film Les Feuilles mortes.






20h23 : La cérémonie dans quelques instants

Le temps que l'équipe du film « Elementaire », le réalisateur et les voix du film, rejoigne la salle du Palais des festivals.

Pour patienter, on vous repasse la super interview croisée d'Adèle Exarchopoulos et Vincent Lacoste.



20h12 : On n'attend plus personne ?

Pas d'autre film primé ? Pas de Kaurismaki, pas de Ken Loach, pas de Nanni Moretti pas de Catherine Breillat, pas de Catherine Corsini ? Ben non...

20h03 : Le jury de Robin Ostlünd est dans la place

Lui seul sait... Pendant ce temps, notre journaliste ciné Caroline Vié suit la montée des marches sur les écrans du Palais des festival.





20h02 : Nuri Bilge Ceylan et toute son équipe pour « Les Herbes sèches »

C’est la seconde arrivée en force d’une équipe au complet, celle du cinéaste turc Nuri Bilge Ceylan, qui avait déjà remporté la Palme d’or pour Winter Sleep. Un immense cinéaste soulignons-le.




19h59 : Jonathan Glazer sur les marches pour « The Zone of Interest »

Le cinéaste britannique figure sans doute au palmarès avec son film choc sur la vie quotidienne du directeur du camp d'Auschwitz et de sa famille dans leur petit pavillon bourgeois. Il a l'air d'être seul pour ce qui pourrait être un prix de la mise en scène vu la sophistication du dispositif « multi caméra » mis en place sur le tournage.

19h54 : Quentin Tarantino sur le tapis rouge

Le réalisateur de Pulp Fiction, invité jeudi par la Quinzaine des cinéastes, ne manquerai pour rien au monde une cérémonie du palmarès. Même quand il n'a pas de film, comme cette année. Il est possible, probable même, qu'il remette un prix. En attendant, il joue des coudes pour se frayer un passage sur le tapis rouge.

19h52 : Au Palais Festival, ce sera la projo d'« Elémentaire »

Dans la salle du Palais, les festivaliers découvriront Elémentaire, le nouveau Pixar. D'ailleurs, l'équipe du film, enfin surtout ses voix françaises Vincent Lacoste et Adèle Exarchopoulos, s'apprête à monter les marches.



19h49 : Et après la cérémonie, vous faites quoi ?

Nous, on suivra la conférence de presse du jury, puis celle des lauréats. Et vous, chez vous, vous pourrez assister au concert filmé il y a quelques jours par France 2 sur le thème des musiques de cinéma. Il y aura du beau monde ! On a interviewé quatre de ses artistes : Elodie Frégé, Barbara Pravi, Alice Taglioni et Pierre de Maere.



19h48 : Benoît Magimel arrive avec Tran Anh Hung, mais sans Juliette Binoche

L'acteur français, déjà récompensé aux César 2022 et 2023, recevra-t-il le prix d'interprétation masculin ? On peut le croire. Sinon, pourquoi Juliette Binoche, sa partenaire, serait-elle absente ?



19h45 : Justine Triet et son équipe au complet pour « Anatomie d'une chute »

Quand on arrive en nombre sur les marches, c'est généralement très bon signe ! La réalisatrice française est là avec toute son équipe, et notamment son acteur Antoine Reinartz et son actrice Sandra Hüller. 



19h35 : Jane Fonda et Leïla Bekhti se rapprochent du palais

Pendant que les jurés de la Caméra d'or Anaïs Demoustier et Raphaël Personnaz signent des autographes, Jane Fonda s’avance, quelle élégance ! Et Leila Bekhti aussi... Très appréciées, les égéries L'Oréal.

19:33 : Au fait, quelles sont les dernières palmes d’or ?

Voici un petit mémo pour vous rafraîchir la mémoire… L’an dernier c’était Sans Filtre de Robin Ostlund. En 2021 : Titane de Julia Ducournau. En 2019 : Parasite de Bong Joon-ho. Mais en 2020 ? Ah, c’est bizarre, je ne me souviens plus… Et il est fort à parier que vous non plus !



19h31 : Wim Wenders est là !

Et notre journaliste ciné Caroline Vié doit être aux anges, car Perfect Days est son film préféré. Le réalisateur allemand est accompagné de son acteur japonais, Koji Yakusho.



19h27 : Quels sont les films favoris de la compétition ?

Dans les tableaux des étoiles de professionnels et des critiques, quatre films se détachent légèrement : Anatomie d’une chute de Justine Triet, The Zone of Interest de Jonathan Glazer, Les feuilles mortes d’Aki Kaurismäki et Perfect Days de Wim Wenders. La compétition est restée ouverte et indécise jusqu’au bout.




19h22 : Le réalisateur japonais Hirokazu Kore-eda est sur le tapis rouge

C’est la première personnalité en compétition sur les marches : Hirokazu Kore-eda, lauréat de la Queer Palm hier pour Monster, foule le tapis rouge avec l’actrice du film qui avait déjà joué dans Une affaire de famille.





19h21 : Orlando Bloom à suivre

Pas de récompense prévue non plus pour Orlando Bloom, mais lui est à Cannes avec l'équipe du film Gran Turismo.

19h17 : Samy Naceri sur le tapis rouge

Mais l’acteur est là en simple spectateur : il n’a pas de film en compétition, ni même à Cannes.

19h16 : Queer Palm et Palme dog, une indication pour la Palme d’or ?

La Queer Palm qui récompense le meilleur film LGBT a été décernée hier au film japonais Monster de Hirokazu Kore-eda. Peu avant, c’est le border collie d’Anatomie d’une chute de Justine Triet qui a remporté la Palme dog.





19:07 : Qui est là, qui n’y est pas : une première idée du palmarès

L’ultime montée des marches permet de s’adonner à un petit jeu des plus excitants : qui est là ? qui n’est pas là ? Ceux qui sont là sont soit des lauréats, soit des remettants, soit des membres de jurys. Les équipes des films qui repartiront bredouilles n’ont pas été rappelées, et même si les artistes sont toujours sur la Croisette, et ont probablement été invités, il est fort à parier qu’ils ne se joindront pas aux festivités.

Deux exceptions par le passé : La Japonaise Naomi Kawase qui n’en revenait pas de ne pas avoir été rappelée et qui, en parfaite samouraï, était venue s’assurer en personne que Still The Water ne figurait pas au palmarès en 2014 et Quentin Tarantino qui était venu serrer quelques mains au pied des marches pour Once Upon a Time In Hollywood en 2019, avant de partir se délecter, comme à son habitude, d’une pizza sur le port.

18h55 : Ce soir c’est le grand soir à Cannes

Oui, c'est vrai, c'est mon anniversaire. Mais surtout, c'est bientôt l’heure du palmarès. Vers 20h40, Chiara Mastroianni reprendra-t-elle stoïquement son rôle de maîtresse de cérémonie après les horreurs déversées par les réseaux sociaux sur sa fille ? Le jury de Ruben Ostlund va remettre au moins sept prix (sur 21 films en compétition), dont la très convoitée Palme d’or. 

Rappelons qu'aucun film ne peut recevoir deux prix. Les festivaliers ont plusieurs favoris. Seront-ils entendus ? Réponse à la fin de la cérémonie. D’ici là, je vous propose de lire le palmarès idéal de notre journaliste ciné Caroline Vié et de rester avec nous pour la montée des marches.