Sept prix pour quatre films

© 20 minutes
— 

Quatre convives pour les sept parts du gâteau cannois. C’est du jamais vu au palmarès. Le jury a sans doute voulu signifier par ses choix le faible niveau de la compétition cette année. Heureusement, il y avait quelques bons films. La plupart ont été récompensés. Les Invasions barbares en est un : Denys Arcand maîtrise à merveille l’art de faire passer le spectateur du rire aux larmes. Uzak, du cinéaste turc Nuri Bilge Ceylan, en est un autre. Rien pour Dogville de Lars Von Trier ? Il avait tout gagné en 2000. Quant aux Français, présents avec cinq films sur vingt, ils décrochent un nouveau zéro pointé. On est juste déçu pour Bertrand Bonello, dont Tiresia aurait au moins mérité de décrocher le «petit» prix du jury.