trois questions à... Terry Gilliam

©2006 20 minutes

— 

Terry Gilliam, réalisateur de Tideland

A qui conseillez-vous de voir Tideland ?

A tous ceux qui en ont assez des productions hollywoodiennes aseptisées et qui ont envie de se changer les idées. On peut aimer mon film ou le détester, mais je crois indiscutable le fait qu'il ne ressemble à aucun autre. Je suis fier de cette différence.

Que dites-vous à ceux qui ont qualifié une scène du film de « pédophile » ?

Qu'ils ont l'esprit mal tourné ou qu'ils ont dû projeter leurs propres fantasmes sur Tideland ! La séquence de tendresse entre la fillette et le simple d'esprit est totalement dénuée de tout sous-entendu salace car les personnages sont aussi purs l'un que l'autre. Il n'y a rien de choquant dans leurs rapports.

Les réactions négatives à l'égard du film vous ont-elles affectées ?

Pour être franc, je suis plutôt heureux de voir mes films déchaîner les foudres de certaines personnes, c'est mon côté sale gamin qui ressort. Je serais incapable de faire un cinéma consensuel, bien que cela me faciliterait probablement la besogne pour monter mes projets !

Recueilli par C.V.