A bord du TGV Paris-Nice: «Pour la cérémonie d'ouverture, je crois que c'est mort»

FESTIVAL DE CANNES L'incident SNCF affectant les TGV Paris-Nice a retardé cet après-midi de nombreux festivaliers, inquiets à l'idée de rater la fameuse montée des marches...

Stéphane Leblanc
— 
Les flashs des photographes crépitent pour l'ouverture du Festival de Cannes, le 16 mai 2012.
Les flashs des photographes crépitent pour l'ouverture du Festival de Cannes, le 16 mai 2012. — NIVIERE/VILLARD/SIPA

 «Pour la cérémonie d’ouverture, je crois que c’est mort». Michel Reilhac, le monsieur cinéma d'Arte est inquiet. A 17h, ce mercredi dans le TGV, des festivaliers sortent déjà leurs smokings de leurs valises et commencent à s’habiller dans directement le compartiment. Au bar, une femme hurle dans son téléphone: «Tu as mon billet? C’est adorable... Mais comment je vais faire pour me préparer avant la montée des marches?».

Le TGV Paris-Nice n°6175 affiche plus d’une heure et demie de retard. A Cannes, la montée des marches est dans deux heures… L’impatience est de mise. Surtout du côté des festivaliers, nombreux dans la rame.

«C’est dommage de s’être levé tôt pour arriver si tard», raconte cette journaliste russe inquiète, surtout, de ne pouvoir récupérer à temps la clé de son studio de location. «La prochaine fois je reprendrais l’avion, peste cette productrice parisienne qui, pour une fois, a pris le train, «à cause de tout le temps qu’on perd sur les vols Paris-Nice». Elle est servie. 

Arrivée en gare de Cannes... juste à temps

Plus loin, deux journalistes de Télérama prennent leur mal en patience. «J’en profite pour écrire un article», dit l’un. «De toute façon, on a une équipe sur place qui ont tout préparé pour notre arrivée», raconte l’autre. A 17h45, le train arrive enfin en gare de Cannes.

Une marée humaine. Des festivaliers dans tous les sens quand soudain, on croise une attachée de presse essoufflée. «Moi j’ai pris le train de 7h45, lance-t-elle en robe de soirée. Je ne suis arrivée qu’il y a une heure. Faut que je file, là» Ces passagers du premier TGV de la journée  ont dû changer de train et finir leur périple entassés dans des TER à Saint-Raphaël.

Comme l’expliquent les sites de TF1 et LCI, l'incident s'est produit ce mercredi matin vers 7h45 dans le quartier marseillais de Saint-Marcel, quand une personne qui se trouvait pour des raisons encore indéterminées sur ou aux abords de la voie a été heurtée au passage d'un TER.

Le trafic SNCF a été interrompu entre Marseille et Toulon dans les deux sens, occasionnant à la mi-journée des retards allant jusqu'à 3h30, concernant une vingtaine de trains dont cinq TGV Paris-Nice avec leur cohorte de festivaliers. Selon une porte-parole de la SNCF, interrogée par LCI, quelque 4 000 passagers étaient affectés.