Alexandre Aja fait trembler l'Amérique

©2006 20 minutes

— 

Entreprise risquée que de se lancer dans un remake de La colline a des yeux, classique du cinéma d'horreur réalisé en 1977 par Wes Craven*. Le jeune Français Alexandre Aja, réalisateur de Haute tension, a relevé le défi, haut la main. « Je n'ai pas cherché à livrer une copie conforme de l'original, explique-t-il, mais à broder sur le thème d'une famille d'Américains moyens confrontée à une bande de sadiques. » Dès la scène d'ouverture où des scientifiques se font mystérieusement massacrer dans le désert, on sait que le gore va être à l'honneur. Les « monstres », issus d'expériences nucléaires, s'en prennent ensuite à de braves gens – du père un brin réactionnaire à sa pétasse de fille gâtée pourrie, sans épargner les jeunes parents ou les animaux domestiques...

« C'était drôle de torpiller les clichés du rêve américain », avoue Aja, qui pimente son suspense horrifique d'un soupçon de critique sociale. Un cadavre empalé sur la bannière étoilée au coeur d'une ville fantôme au décor inquiétant témoigne de l'insolence discrète de l'auteur. « Je suis un amoureux du cinéma d'épouvante, un genre que j'ai voulu aborder avec sérieux et respect, précise Alexandre Aja. Mon rêve serait que les spectateurs actuels retrouvent le type de sensation que j'ai éprouvée en voyant le film original. » Soutenu par Wes Craven lui-même, le cinéaste a fait honneur à son mentor : La colline a des yeux, version 2006 est à réserver aux coeurs bien accrochés !

Caroline Vié

*Disponible en DVD chez Wild Side.