Vancouver, l'Hollywood du nord

Philippe Berry, à Vancouver

— 

La «skyline» de Vancouver.
La «skyline» de Vancouver. — 20MINUTES

Hollywood reste la capitale mondiale du cinéma et de la télévision. Mais Los Angeles n'emploie que 40% des salariés de l'industrie en Amérique du nord. Depuis les plus hauts de 1997, l'exode du personnel et des dollars s'amplifie un peu plus chaque année. Si New York est la ville numéro 2, Vancouver et Toronto se disputent le spot de numéro 3, avec un peu plus d'un milliard de dollars dépensés pour la production en 2011 dans chacune des deux villes canadiennes.

>> Steven Seagal, justicier sexagénaire, à lire ici

«Ils y a plusieurs facteurs», explique Phillip Goldfine, producteur exécutif de la série True Justice, avec Steven Seagal, rencontré sur le tournage de la saison 2. «Filmer à Vancouver a trois avantages: c'est moins cher, on a plus de libertés, surtout pour les scènes en extérieur, et il y a de bonnes installations et une grosse concentration de talents.»

Fiscalement avantageux

En 2011-2012, trois méga-blockbusters hollywoodiens ont misé sur Vancouver: Mission Impossible: Ghost Protocol, Superman: Man of Steel et Twilight: Breaking Dawn. «Cela fait 10 ans qu'on le répète, mais Los Angeles et la Californie doivent réagir, notamment fiscalement, pour rester compétitives», souligne Goldfine.

Avec un Etat dont les caisses sont vides, Los Angeles a en effet du mal à lutter avec toutes les exonérations fiscales dont les studios bénéficient au Canada, en Louisiane ou au Nouveau Mexique. A l'heure où les majors n'hésitent pas à carrément annuler des films dont le budget explose, il n'y a pas de petites économies. Des crédits fiscaux de 20 ou 30% font parfois la différence.

Les séries télé également concernées

La situation n'est pas meilleure du côté des séries télé. 21 Jumpstreet ou X-Files dans les années 90, Les 4.400, Battlestar Galactica, Stargate, Smallville, Once Upon a Time ou The Killing plus récemment, de nombreuses séries ont été tournées à Vancouver. Et la diaspora s'accélère. Sur les 41 séries dramatiques annoncées pour la rentrée 2012, seulement huit seront filmées à Los Angeles. La Cité des anges perd sa position de numéro un, derrière New York (11 séries) et Vancouver (9 séries).

Reste que la tendance ne plaît pas à tout le monde. En interview, Steven Seagal, visiblement victime d'un gros rhume, se lamente de la météo. «Ce fichu temps, je n'en peux plus», soupire-t-il, dans une ville où il pleut en moyenne presque un jour sur deux.

La pluie est parfois utile pour créer une atmosphère déprimante, comme dans The Killing, et ne gêne pas Sarah Lind, qui a grandi à Vancouver. Mais l'actrice, qui incarne une jeune recrue dans True Justice, s'apprête néanmoins à faire ses valises pour Los Angeles. «Il y a plus de concurrence dans les castings, mais aussi plus d'opportunités. C'est encore là que ça se passe», conclut-elle.