Décès de Claude Miller: «Une filmographie à la fois populaire et exigeante»

RÉACTIONS eux qui ont travaillé avec lui saluent le réalisateur français, mort mercredi soir à Paris à l'âge de 70 ans...

Anaëlle Grondin

— 

Claude Miller à Lille 2005.
Claude Miller à Lille 2005. — LEFEVRE/ASA-PICTURES/SIPA

La triste nouvelle a été annoncée ce jeudi matin: Claude Miller ne tournera plus. Le réalisateur français, malade depuis plusieurs mois, s'est éteint mercredi soir. Il avait 70 ans. Le cinéaste, élève de la nouvelle vague, avait révélé plusieurs talents comme Charlotte Gainsbourg, à qui il avait donné son premier rôle dans l'Effrontée en 1985.

Claude Miller avait obtenu le Prix du jury au Festival de Cannes pour La classe de neige en 1998.

Ce jeudi matin, le Festival a d'ailleurs fait partie des premiers à réagir à sa disparition, via un message publié sur le site de micro-blogging Twitter:

 

 

Le président de l'Académie des César a, lui, salué le travail de Claude Miller sur BFM TV. Alain Terzian a déclaré que le cinéaste était un «immense réalisateur qui a marqué 30 ans du cinéma français».  

La société civile des auteurs, réalisateurs et producteurs (ARP), dont il fut le président de 1997 à 1999, a envoyé un communiqué quelques heures après l'annonce de la mort de Claude Miller. «Claude Miller laissera le souvenir d'un cinéaste de talent, cinéphile et curieux» et il a signé «une filmographie à la fois populaire et exigeante, révélant un vrai regard d'auteur», a-t-elle écrit.

«Il était malade sur le plateau, mais il ne voulait pas lâcher la barre» 

Guy Marchand, César du meilleur acteur dans un second rôle en 1981 dans son film Garde à vue, s'est ému auprès de L'Express: «Il était jeune. Tout le monde se barre... C'est un homme qui aime bien les artistes, qui aime bien l'humanité, le genre de mec avec qui on aime travailler, et même boire un verre. Il était bon directeur d'acteur. Un bon directeur d'acteur, c'est quand on a l'impression qu'on fait ce qu'on veut, et en définitive, on fait ce qu'ils veulent!» Il a ajouté: «Claude Miller, quel homme généreux! Quelle façon de diriger... Il y a des metteurs en scène avec des porte-voix comme dans les années 30, mais lui avait plus d'autorité que ceux-là...»

Gilles Lellouche, qui a joué dans le dernier film de Claude Miller, Thérèse Desqueyroux, dont la sortie est prévue à l'automne, a livré un témoignage touchant à Premiere:  «Je viens d'apprendre la nouvelle... J'ai beaucoup de peine, mais je garde des souvenirs forts de Claude. Sur Thérèse Desqueyroux je me souviens surtout de sa passion et de son courage. Il était malade sur le plateau, mais il ne voulait pas lâcher la barre; c'était impressionnant de le voir combattre la maladie: il prenait son traitement mais refusait de se laisser abattre, refusait d'abandonner son film et ses acteurs...  Ça montre bien quel homme il était. Et son cinéma était pareil: très contemporain et très sensible. Pour notre génération, ses films ont vraiment compté: La Meilleure façon de marcher, Garde à vue, L'Effrontée... C'était des films importants, des films que j'aimais parce qu'ils avaient les qualités de Claude finalement: son honnêteté, son intransigeance et surtout son profond amour du cinéma.»

«Quelqu'un de très doux, beaucoup à l'écoute des acteurs»

Sur les ondes de la radio RTL, Michel Blanc a expliqué que Claude Miller lui avait «confié le premier vrai beau rôle» de sa carrière.  «Ce n'était pas un rôle très long mais c'était un rôle très intense dans lequel il y avait beaucoup de chose à faire, qui m'a fait très peur, qui est un souvenir extrêmement fort, extrêmement présent. C'est vraiment quelqu'un qui a compté beaucoup pour le démarrage de ma carrière», a déclaré l'acteur, qui a remporté son premier César lors de la dernière cérémonie au mois de février. Pour lui, Claude Miller était «quelqu'un de très doux, beaucoup à l'écoute des acteurs. Il était extrêmement attentif, extrêmement prêt des acteurs et en même temps en faisant confiance».