«Aux yeux de tous»: Grand frère vous regarde

CINÉMA n thriller paranoïaque qui fait frissonner...

Caroline Vié

— 

Un hacker a piraté toutes les caméras de Paris et observe la ville à son insu.
Un hacker a piraté toutes les caméras de Paris et observe la ville à son insu. — DISTRIB FILMS

Dans Aux yeux de tous, un hacker témoin d'un attentat s'amuse à manipuler les poseurs de bombes, sans se douter qu'il met les doigts (et les yeux) dans un engrenage mortel. Cédric Jimenez, producteur d'Eden Log (2007) et de Scorpion (2007), a collaboré avec la journaliste Audrey Diwan pour raconter cette histoire par le biais des caméras de surveillance et des webcams des protagonistes.

Tous filmés, tous épiés

673.000 caméras de surveillance seraient braquées sur nous, une manne pour les cinéastes. «Il est normal que ce sujet passionne de plus en plus, explique Laurent Gervereau, spécialiste du décryptage des images. La télésurveillance n'est pas un phénomène nouveau, mais il s'est développé de telle façon que le public commence à prendre conscience du fait qu'il constitue une atteinte à sa liberté.» Serge Rivayran, sous-directeur régional de la police des transports, a apprécié ce polar musclé offrant 950 plans dopés à la vitamine C. «Aux yeux de tous me semble un film important, car il invite à une réflexion sur ce procédé de surveillance conçu pour la protection des Parisiens. Grâce aux caméras, nous élucidons une affaire sur deux.» Et d'inviter à ne pas sombrer dans la paranoïa. «Il n'est pas si facile de se promener dans la vie privée des gens», précise-t-il. Cet aspect paranoïaque constitue un moteur d'une fiction diaboliquement orchestrée. «Ces caméras constituent une métaphore pour dénoncer la surveillance généralisée, car nous sommes constamment épiés. Il n'est pas étonnant qu'elles fassent travailler l'imagination des créateurs», rappelle Laurent Gervereau. Mélanie Doutey et Olivier Barthélémy sont les pions de ce jeu d'images virtuelles et mortelles à ne pas rater.

Voir la bande-annonce: