«Certains distributeurs tiennent un raisonnement Coupe du monde»

— 

Trois questions à Marc Mercier, programmateur des salles MK2

Est-ce un hasard si le film «Conversation(s) avec une femme», distribué par MK2, sort en salles aussi peu de temps avant le début de la Coupe du monde de football ?

Non, il est vrai que cette comédie romantique s’adresse davantage à un public féminin et que de ce point de vue, le 7 juin et la proximité du Mondial n’est pas une mauvaise date de sortie. Ce film est susceptible d’attirer des bandes de copines et de bénéficier du bouche-à-oreille. S’il n’y avait pas eu le Mondial, nous aurions peut-être avancé sa sortie dans l’année.

«Les amazones», «Le passager de l’été», «Kamikaze girls», «La rupture», «Mes copines», «Girls will be girls», «Leçons d’amour à l’italienne», «Lucky girls»… Beaucoup d’autres films qui s’adressent prioritairement aux femmes sortent pendant la Coupe du monde…

Certains distributeurs tiennent effectivement un raisonnement selon lequel des comédies romantiques marcheront mieux durant la Coupe du monde. Ce genre de films sortent toutefois tout au long de l’année : il faudrait donc interroger un par un chaque distributeur pour savoir s’il compte sur un effet Coupe du monde. Moi, en tant que programmateur, ce n’est pas le cas puisque je suis obligé de «prendre» ce que les distributeurs me proposent.

Avait-on assisté à un effet Coupe du monde sur les entrées lors des années précédentes ?

En 1998, nous pensions que le Mondial ferait baisser les ventes. Mais cela n’a pas été le cas. Si le temps est mauvais dans les semaines qui viennent, les entrées augmenteront. Le football remplace les autres programmes à la télévision mais il ne se substitue pas aux sorties.

Propos recueillis par Alexandre Sulzer