«Hasta la vista»: L'amour sans handicap

TENDRE Le film de Geoffrey Enthoven est un véritable coup de coeur...

Caroline Vié

— 

Trois jeunes handicapés partent en Espagne pour perdre leur virginité.
Trois jeunes handicapés partent en Espagne pour perdre leur virginité. — LES FILMS 13

Il a eu du nez Claude Lelouch le jour où il est entré par hasard dans une salle de cinéma au festival de Montréal. C'est ainsi qu'il a découvert Hasta la Vista de Geoffrey Enthoven. Séduit, il a immédiatement décidé de sortir cette comédie en France via sa société de distribution Les Films 13. «Certaines projections laissent le spectateur indifférent alors qu'il sort d'autres avec la chair de poule, souligne-t-il. Hasta la Vista entrait dans la catégorie “chair de poule”. J'ai été submergé par les émotions! Je suis tombé amoureux.»

Un film couvert de prix

L'amour est au centre de ce road movie atypique, petit bijou d'humour tendre, où une bande de handicapés en goguette tentent de perdre leur virginité. «J'ai vu le film bien avant le succès d'Intouchables, explique Claude Lelouch. Il n'y avait aucun opportunisme dans ma démarche, juste la passion d'un cinéphile ayant envie de faire partager sa passion pour une œuvre hors du commun.»

Cette passion a été largement partagée par les jurys et le public de nombreux festivals (Montréal, Québec, Valladolid) qui l'ont couvert de prix. A l'origine de cette histoire d'amitié tout en pudeur, on trouve un homme remarquable, Asta Philpot, un physicien américain atteint d'une maladie congénitale, l'arthoprypose, et militant pour le droit à une vie sexuelle active des personnes handicapées. C'est lui qui a inspiré le film, mais «il ne faut pas imaginer que le film est triste ou misérabiliste. C'est une ode à la vie», insiste Claude Lelouch, qui avoue en riant qu'il se contentera du dixième du box-office d'Intouchables.

>> Lire notre interview de Claude Lelouch...

La bande annonce: