Karl Zéro : «Je crois que mon film va faire rigoler Chirac»

©2006 20 minutes

— 

Jacques Chirac, dans un portrait iconoclaste brossé par Karl Zéro et Michel Royer, côtoie des hooligans, des zapatistes, des adolescents attardés et des tueurs maléfiques dans le programme hétéroclite et cosmopolite des premières sorties post-Festival de Cannes.
Jacques Chirac, dans un portrait iconoclaste brossé par Karl Zéro et Michel Royer, côtoie des hooligans, des zapatistes, des adolescents attardés et des tueurs maléfiques dans le programme hétéroclite et cosmopolite des premières sorties post-Festival de Cannes. — AFP

Interview de Karl Zéro, journaliste et réalisateur.

Vous n'avez pas l'impression de tirer sur l'ambulance en vous en prenant à Jacques Chirac ?

Au contraire, nous l'avons rendu plutôt sympathique. Lorsque nous avons organisé une projection discrète pour des politiciens, ils nous ont reproché de ne pas avoir été assez méchants. Je ne peux pas vous dire qui était là, mais ils étaient tous morts de rire, toutes tendances politiques confondues...

Vous ne craignez pas des attaques en justice ?

Nous avions des avocats pour nous conseiller. La rédaction du commentaire dit par Didier Gustin a été un exercice délicat.

Quel est le rôle de ce commentaire ?

J'aime l'idée de mélanger la réalité des documents à l'humour de la parodie. C'était déjà mon style dans « Le Vrai journal » et je trouve que cela fonctionne bien.

Vous êtes-vous autocensuré ?

Disons qu'il y a des choses que nous avons choisi de ne pas mettre, comme ce document où une épouse de Bokassa explique que Chirac lui a fait des avances et que son mari lui a répondu : « Vas-y c'est un gaulliste. »

A votre avis, comment Jacques Chirac va-t-il réagir à votre documentaire ?

Il ne l'a pas encore vu, mais je crois que ça va plutôt le faire rigoler parce qu'il va s'y reconnaître. Bernadette risque de prendre la chose beaucoup plus mal que lui car ce n'est pas vraiment une marrante.

Ils n'ont pas encore vu le film ?

Ils nous avaient demandé un DVD, mais on le leur a refusé. Il y a déjà suffisamment de gens qui m'accusent injustement d'être de connivence avec les politiques pour que j'en rajoute une couche.

Recueilli par Caroline Vié

Michel Royer et Karl Zéro ont réuni des docus hilarants qui révèlent à quel point Jacques Chirac a pu dire tout et son contraire. Le commentaire parfois redondant n'enlève rien au mordant de cette charge jubilatoire.