Hugh Jackman et Halle Berry : «L'équipe des X-Men est comme une colonie de vacances»

©2006 20 minutes

— 

Hugh Jackman et Halle Berry

Acteurs.

Etiez-vous déjà venus à Cannes ?

Hugh Jackman Oui, il y a neuf ans, pour présenter la bande promo d'un petit film australien. On n'avait pas un sou, mais on est quand même arrivé à se faire inviter à dîner au palace l'Eden Rock.

Halle Berry C'est ma première fois, mais j'ai toujours regardé les photos du festival en bavant d'envie.

Vous êtes impatients de monter les marches ?

H. J. Et comment ! J'ai déjà chanté dans des lieux prestigieux comme le Radio City Music Hall ou présenté des cérémonies comme les Tony Awards (l'équivalent des Molière), mais Cannes a une magie spéciale.

H. B. C'est vrai. On ne peut pas rester indifférent face à ça. J'en rêve depuis toute petite.

Aimeriez-vous avoir un superpouvoir ?

H. J. Quand j'avais 14 ans, j'aurais souhaité avoir celui de Mystique, le pouvoir de changer d'apparence à volonté. Aujourd'hui, j'ai 37 ans. J'ai appris à m'accepter.

H. B. Ceux de mon personnage, Tornade, me conviendraient bien. Pouvoir commander aux éléments serait vraiment sympa ne serait-ce que pour débarrasser la planète des ouragans et autres tsunamis.

Quel serait votre choix à la place des personnages du film ?

H. J. Je garderais mes pouvoirs. J'aime l'idée que chaque humain soit différent.

H. B. Moi aussi ! Cette idée d'antidote qui « guérit » les mutants de leurs pouvoirs est terrifiante. Vous imaginez un monde où tout le monde se ressemblerait et aurait la même couleur de peau ? Ce serait épouvantable.

Etait-il facile de travailler avec Brett Ratner ?

H. J. Au début, je l'avoue, j'étais un peu inquiet. La lecture du scénario m'a totalement rassuré. Brett a su entrer dans notre petite bande de façon si naturelle que je l'ai tout de suite adopté.

H. B. Ce petit nouveau a su immédiatement se faire sa place dans l'équipe, la « colonie de vacances » des X-Men. Peut-être parce que c'est un vrai gamin. Il donnait l'impression d'être un enfant à qui on aurait confié un super train électrique.

Etait-il difficile de vous remettre en condition pour rentrer dans la peau de vos personnages ?

H. J. Pas du tout ! Je sais parfaitement trouver le côté sauvage de Wolverine. Privez-moi de nourriture pendant quelque temps, vous comprendrez ce que je veux dire...

H. B. Pour ma part, j'étais heureuse de retrouver Tornade et j'ai pu m'essayer à toutes sortes de cascades amusantes avec des filins. J'adore les scènes très sportives. Elles ne me posent aucun problème sans doute parce que, étant diabétique, je suis obligée de me maintenir dans une forme physique constante.

Les aventures des X-Men, c'est bel et bien fini ?

H. J. Pas pour moi ! On va continuer à suivre les aventures de Wolverine. C'est un personnage tellement complexe que je trouve intéressant de l'explorer davantage. Je pense que le premier film qui lui sera consacré en dévoilera davantage sur ses origines qui ne sont qu'effleurées dans la trilogie.

H. B. Si Hugh me le demande gentiment, il se pourrait bien que Tornade vienne faire un petit coucou dans son film. Cette idée m'amuserait assez.

Recueilli par C. V.