La revanche d'une fausse blonde

©2006 20 minutes

— 

Sarah Michelle Gellar n'est plus teinte en blonde, comme la star du X qu'elle interprète dans Southland Tales de Richard Kelly. « Je suis contente d'avoir retrouvé ma couleur naturelle, mais je me suis bien amusée à créer cette idiote blondasse qui avait si peu de chose à voir avec moi que j'ai dû faire des recherches pour préparer mon rôle, explique-t-elle. Cela m'a d'ailleurs permis de découvrir que certaines de ces femmes ne sont pas des cruches, mais des personnes déterminées qui tiennent leur carrière fermement en main. »

La complexité de Southland Tales, film de science-fiction choral sur fond de fin du monde, a séduit la jeune comédienne qui reconnaît avoir « lu le script plusieurs fois pour en saisir toutes les nuances. » Sarah, un peu déboussolée devant les réactions divisées des critiques, a déclaré être surtout soucieuse pour le réalisateur Richard Kelly. « Je comprends que l'originalité du film puisse déranger, mais j'ai trouvé certains journalistes carrément haineux. Cela m'a blessée pour Richard, qui a mis suffisamment de lui-même dans Southland Tales pour que nous autres acteurs acceptions de jouer presque gratuitement. » Sarah va se remettre de ses émotions en montant les marches avec le cinéaste et son partenaire aux formes imposantes The Rock, ancien catcheur qui campe ici une star de cinéma d'action amnésique.

« J'attends la soirée de gala avec une impatience mêlée d'inquiétude. J'ai vérifié ma robe cent fois, de peur qu'elle ne se déchire au moment le plus inopportun, je ne suis donc pas inquiète de ce côté-là. Ce qui me préoccupe davantage, ce serait plutôt une bêtise “à la Sarah” comme de me prendre les pieds dans le tapis et de m'étaler par terre devant les photographes ! » Tout en parlant, la comédienne tente de se livrer à l'exercice délicat qui consiste à déguster son café sans se faire surprendre par les photographes qui veulent l'immortaliser en train de sucer sa paille. « Je suis contente quand The Rock est avec moi parce que je peux me cacher derrière lui. »

Caroline Vié