«L'amour dure trois ans»: Pour le meilleur et pour le rire

COMEDIE Le film qui fait aimer les comédies musicales...

Caroline Vié

— 

Alice (Louise Bourgoin) bouleverse les idées reçues de Marc Marronnier (Gaspard Proust).
Alice (Louise Bourgoin) bouleverse les idées reçues de Marc Marronnier (Gaspard Proust). — M. BRAGARD

Gaspard Proust est Frédéric Beigbeder dans L'amour dure trois ans, réjouissante adaptation par l'auteur de son autofiction rééditée chez Folio. Acteur et réalisateur se sont confiés à 20 Minutes, chacun parlant de l'autre et vice-versa.

Frédéric parle de Gaspard

«Je l'ai repéré sur scène comme un spectateur lambda et j'ai été bluffé par son humour très sombre. Je me suis un peu retrouvé en plus jeune! Nous avons beaucoup travaillé en amont, et Gaspard a mis son grain de sel dans les dialogues. Certaines répliques très drôles viennent de lui, mais je ne dirai pas lesquelles. Le fait que cela soit notre premier film à tous les deux nous a décomplexés. Il paraît que le personnage me ressemble. Promis, la prochaine fois que je passerai derrière la caméra, je n'adapterai pas un de mes romans!»

Gaspard parle de Frédéric

«Frédéric se présente comme un dilettante pour dissimuler qu'il est un vrai bosseur. Il a besoin de se rassurer constamment et a souhaité tout bétonner avant le tournage. Je ne voulais pas avoir l'impression de l'incarner parce que cela aurait été trop intimidant. J'ai donc choisi de me concentrer sur le héros, Marc Marronnier, en essayant d'oublier qu'il est proche de Frédéric. Je n'ai été frappé par la ressemblance, notamment physique, qu'en voyant le film. Cela dit , je serais prêt à retrouver Marc Marronnier si Frédi le souhaite. Je me suis attaché à ce personnage au cœur d'artichaut.»

La bande annonce:

 

Drôle de film et film drôle

On rit beaucoup en regardant L'amour dure trois ans, mais pas seulement. Cette exploration de la Carte de Tendre décortique le sentiment amoureux en un kaléïdoscope bourré d'idées. Une distribution emportée par Gaspard Proust et Louise Bourgoin, qui communique son charme à une comédie originale, romantique sans être gnangnan.