Après les Golden Globes, «The Artist» en route pour les Oscars

CINEMA La cérémonie des Golden Globes qui vient de consacrer Jean Dujardin meilleur acteur et «The Artist» meilleure comédie, met plus que jamais l'ancien Brice de Nice sur la voie des Oscars...

Charlotte Pudlowski

— 

Jean Dujardin lors de la cérémonie des Golden Globes, le 15 janveir 2012, à Los Angeles
Jean Dujardin lors de la cérémonie des Golden Globes, le 15 janveir 2012, à Los Angeles — Mark J. Terrill/AP/SIPA

Les Golden Globes, annonciateurs des Oscars? Ce serait une excellente nouvelle pour Jean Dujardin, qui vient de remporter lors de la cérémonie de dimanche soir la récompense de meilleur acteur comique pour son rôle dans The Artist.

On lui avait prédit qu'il ne pourrait jamais faire de cinéma car il avait «le visage trop expressif, trop gros», a-t-il raconté sur scène, en recevant son prix. Avec ce trophée, qui s’ajoute au prix d'interprétation masculine remporté au dernier festival de Cannes, Dujardin fait mentir les Cassandre, et succède ainsi à Gérard Depardieu, dernier Français à avoir été distingué dans la même catégorie en 1991 pour Green Card.

Selon le Hollywood Reporter, qui s’est penché sur les statistiques, les chances de Dujardin pour les Oscars ne sont pas négligeables. Au court des 20 dernières années, le meilleur acteur choisi aux Golden Globes le fut aussi aux Oscars douze fois.

La machine à Oscars

Mais pour mettre encore plus de chances de son côté, le film de Michel Hazanavicius ne s’en remettra pas qu’au hasard. Harvey Weinstein, producteur américain qui distribue le film aux Etats-Unis, fait une campagne intense. Médiatique notamment: cela faisait longtemps que la presse américaine n’avait pas prêté autant d’attention à un film français. «Une semaine avant la nomination aux Globes, on trouvait un article chaque jour dans le LA Times à son sujet» relèvent Les Inrocks. S'il y avait un oscar pour la meilleure campagne en faveur des Oscars, M. Weinstein serait rentré avec, souligne le New York Times.

Reste à espérer que l’ombre portée par Kim Novak sur le film n’influencera par les jurés. L’actrice de 78 ans a découvert récemment le film, et reconnu en le visionnant la musique de Vertigo. Elle a alors fait publier une lettre ouverte dans Variety «Je veux déclarer un viol», s’est-elle insurgée. «J’ai le sentiment que mon corps – ou tout du moins mon corpus cinématographique – a été violé par le film The Artist». Des extraits de la musique de Bernard Herrmann créée pour Vertigo (l’un des films les plus célèbres de Novak) ont été repris par Michel Hazanavicius, comme un hommage.

Les hommages au cinéma, et notamment au cinéma américain, faisaient partie des points forts du film dans la course aux Oscars. Jusqu’à Kim Novak, les Américains (public, spécialistes, critiques) voyant des référénces à John Gilbert, Greta Garbo, Charlie Chaplin, étaient flattés.