Une scène du film «Very bad trip 2».
Une scène du film «Very bad trip 2». — Warner Bros

JUSTICE

«Very Bad Trip 2»: Louis Vuitton poursuit Warner Bros

Des sacs de contrefaçon de la marque ont été utilisés dans une scène du long-métrage...

Very bad news pour Warner Bros. Le deuxième volet des aventures de Phil, Stu, Alan et Doug, sorti au mois de mai en salles, a cartonné cette année, mais n’a visiblement pas plu à tout le monde… C’est le cas de Louis Vuitton, qui s’est aperçu ce mois-ci que les accessoiristes de Very Bad Trip 2 ont utilisé des sacs de contrefaçon de sa marque dans une scène du long-métrage. Cette dernière se passe à l’aéroport. Allan, joué par l’acteur Zach Galifianakis, refuse de poser son sac par terre, rétorquant que «c’est un Louis Vuitton»… Oui, mais un faux!

video platformvideo managementvideo solutionsvideo player

D’après le Hollywood Reporter, la maison française de maroquinerie de luxe a déposé plainte contre Warner Bros, société de production et de distribution, le 22 décembre dernier à New York. Louis Vuitton, qui s’estime victime de «violation de marque déposée, fausse dénomination de la provenance et concurrence déloyale»,  réclame le retrait de la scène des DVD à venir ainsi que la destruction de toutes les copies en circulation à ce jour. Le malletier souhaite également toucher des dommages et intérêts pour l’utilisation de ces contrefaçons.

D’après la plainte, les sacs en question ont été fabriqués par un contrefacteur que Louis Vuitton connaît déjà, la société chinoise Diophy. Le malletier se bat depuis plusieurs années pour que ses contrefaçons soient bannies des Etats-Unis. Pour lui, le film n’a fait qu’ajouter de la confusion auprès des consommateurs.

Ce n’est pas la première fois que Warner Bros est poursuivi en justice pour Very Bad Trip 2. En mai dernier, le tatoueur de Mike Tyson, S. Victor Whitmill, avait également porté plainte contre la société de production, pour violation de copyright. Le célèbre tatouage du boxeur américain avait été reproduit sur le visage de l’acteur Ed Helms… sans l’autorisation de l’artiste.