Cinq raisons pour lesquelles «The Artist» pourrait remporter un Oscar

CINEMA Le film de Michel Hazanavicius, sorti aux Etats-Unis la semaine dernière, a reçu mardi le prix du meilleur film de l'année par le New York Film Critics Circle. Un pas de plus vers les Oscars? «20 Minutes» vous donne cinq raisons pour lesquelles le long-métrage a ses chances...

Anaëlle Grondin

— 

Jean Dujardin et Bérénice Bejo dans «The Artist» de Michel Hazanavicius
Jean Dujardin et Bérénice Bejo dans «The Artist» de Michel Hazanavicius — Festival de Cannes

La critique américaine a adoré The Artist...

Outre-Atlantique, où le film est diffusé depuis vendredi, la presse ne tarit pas d’éloges. C’est «le film le plus pétillant et le plus attachant depuis bien longtemps», a écrit Time Magazine. Le New Yorker aussi s’emballe pour «The Artist»  et explique dans un article que le long-métrage français est «un bonheur». Pour Rolling Stone, il est «unique et inoubliable» car il «contient toutes les raisons pour lesquelles nous allons au cinéma: de l’action, des rires, des larmes, et une chance de se perdre dans un autre monde.»  Le magazine se demande même: «Comment les Oscars  pourraient-ils résister?»
L’interprétation de Jean Dujardin a été particulièrement remarquée, et saluée par les plus grands titres comme The New York Times, qui le décrit comme «un comique qui sait jouer les nuances», dans un portrait flatteur. The Wall Street Journal, qui a interviewé l’acteur, a également été conquis. Pour le journal américain, Jean Dujardin «surpasse Bérénice Bejo» grâce à son charme et «sans dire un mot».

... Les stars américaines aussi

Sur son compte Twitter, l’auteur d’American Psycho Bret Easton Ellis, a pronostiqué la victoire de Jean Dujardin pour l’Oscar du meilleur acteur. L’acteur, réalisateur et producteur Alec Baldwin a également fait savoir sur le site de micro-blogging qu’il a beaucoup aimé le film et l’interprétation de la star d’OSS 117: «The Artist est un très bon film. Ca vaut le coup de le voir. Jean Dujardin est fantastique.»  S’il ne fait pas partie de la sphère cinématographique, Hugh Hefner, le créateur de PlayBoy, a lui aussi donné son avis (très positif) sur le long-métrage: «The Artist était un véritable délice romantique. Un des meilleurs films de l’année.» 

>> Jean Dujardin, de Brice de Nice à The Artist

Le producteur Harvey Weinstein a  pris le film sous son aile

Fort de 249 nominations aux Oscars et 86 statuettes dorées reçues pour ses productions, c’est lui qui se charge de distribuer le film aux Etats-Unis et d’en faire la promotion. En octobre dernier, le producteur, qui travaille aux côtés de Steven Spielberg ou encore de Robert De Niro, avait déclaré au Figaro: «Je veux que The Artist, qui est un véritable chef-d’œuvre, fasse le grand chelem des récompenses du septième art exactement comme Marion Cotillard l’a fait avec La Môme. The Artist va concourir dans toutes les catégories des Oscars dont celui du meilleur acteur pour Jean Dujardin.»  

L’équipe du film se donne à fond pour la promo américaine

Sous l’impulsion d’Harvey Weinstein, Jean Dujardin, Bérénice Bejo et Michel Hazanavicius ont mis leur vie entre parenthèses jusqu’au 26 février prochain, date à laquelle se déroulera la cérémonie des Oscars. L’idée est de faire la promotion du film outre-Atlantique, de donner le plus d’interviews possibles, d’être sur les tapis rouges, bref de donner au film une très large visibilité. Jean Dujardin avait même confié avec humour lors d’une avant-première à Paris à laquelle «20 Minutes» avait assisté, qu’il essayait d’améliorer son anglais au maximum pour ce «parcours du combattant». Alexandra Schamis, sa porte-parole, a confirmé au Figaro le mois dernier que l’acteur fera «tout ce que Harvey Weinstein lui demandera» jusqu’à la prestigieuse cérémonie, en précisant qu’«il ne tournera aucun film d’ici les Oscars.»   

«The Artist»  reste grand public

Même si ce long-métrage, qui replonge le spectateur dans l’époque mythique de l’âge d’or hollywoodien, est une œuvre singulière (le film est muet et en noir et blanc), «ce n’est pas un film intellectuel» avait prévenu Jean Dujardin à Paris en octobre. Il avait d’ailleurs ajouté, en rigolant: «De toute façon je ne suis pas un intellectuel». Outre l’histoire d’amour en filigrane qui devrait plaire aux sentimentaux, le réalisateur Michel Hazanavicius a expliqué au New York Magazine que le film muet était «un langage universel, une expérience sensuelle, comme la musique ou les peintures». Et preuve que le film plaît au public, du moins en France, The Artist a fait 1,5 million d’entrées dans l’Hexagone.

>> Et vous, êtes-vous allé voir «The Artist» au cinéma? Si oui, mérite-t-il un Oscar selon vous? Dites-le nous dans les commentaires ci-dessous.