Takashi Miike fait son chambara

— 

Enfant terrible du cinéma japonais qui fit scandale avec Audition (2 002), Takeshi Miike a mis un peu d'eau dans son saké pour Hara Kiri : mort d'un samouraï, présenté au dernier Festival de Cannes. Ce remake d'un classique du « chambara » (film de sabres) réalisé en 1962 parMasaki Kobayashi renoue avec la brutalité et la noblesse du genre. « Mon héros espère échapper à la misère et se retrouve contraint d'affronter un destin atroce », déclare le réalisateur qui se défend d'être habité par la nostalgie. « Ma version est résolument moderne tout en rendant hommage à l'original », dit-il.C. V