Après sa remarque déplacée sur les homosexuels, Brett Ratner renonce à co-produire les Oscars

CINEMA Le réalisateur de Rush Hour a employé le mot «fag» et a été contraint de démissionner...

C.P.

— 

Brett Ratner le 29 septembre 2010 lors d'une soirée à Gansevoort Park Avenue, à New York.
Brett Ratner le 29 septembre 2010 lors d'une soirée à Gansevoort Park Avenue, à New York. — Clint Spaulding/PatrickMcMullan.com/Sipa

«Rehearsal is for fags» - [ou «Les répétitions, c’est un truc de pédales»]: c’est ce qu’a déclaré le réalisateur de Rush Hour, Brett Ratner, alors qu’un journaliste l’interrogeait sur ses méthodes de travail. L’emploi du terme, très péjoratif, a suscité un tel tollé aux Etats-Unis que Ratner doit renoncer à co-produire la cérémonie des Oscar 2012, qui se déroulera en février prochain à Los Angeles.

«Aussi douloureux que ce soit pour moi, ce serait pire encore de voir l’association de mon nom à la cérémonie détourner l’attention vers autre chose que l’Académie [responsable des Oscars] et les idéaux élevés qu’elle incarne» a-t-il écrit dans une lettre ouverte, à la suite de l’incident.

Dans un communiqué, le président de l’Académie Tom Sherak a expliqué que Brett Ratner était «quelqu’un de bien», qui avait fait une remarque «inacceptable». «Les mots ont un sens et ils ont des conséquences, a-t-il poursuivi. Nous espérons que ceci sera l’occasion de sensibiliser le public au mal que peuvent faire des remarques imprudentes et insensibles».

Dans un communiqué publié lundi, Brett Ratner avait déjà expliqué: «Tout le monde me connaît et sait que je n’ai pas le moindre préjugé contre qui que ce soit. Mais en tant que personne dont le métier est de raconter des histoires, j’aurais dû être bien plus attentif au pouvoir du langage et à mon choix de mots». Le réalisateur a ensuite reconnu que ses mots étaient blessants et a de nouveau présenté ses excuses à toutes les personnes offensées et à l’industrie du cinéma dans une lettre ouverte. 


(La remarque est à 2'40)