L'émotion du public nordiste

— 

Et soudain, le public se lève. A l'avant-première du film, la semaine dernière à l'UGC de Lille, l'émotion était au rendez-vous. « J'ai été bouleversé et révolté avec vous », lance un spectateur, tandis qu'une avocate se met à pleurer en posant sa question. Pour Alain Marécaux, « le réalisateur a vite compris que ce film ne pouvait pas être une fiction. Ça m'a aidé dans la mesure où je voyais que je n'étais plus seul à porter ma souffrance. » Au fond de la salle, un homme prend le micro. « J'ai été huissier et magistrat, affirme-t-il. Des affaires Outreau, il y en a, hélas, une par semaine. La justice est à l'image de la société, elle peut faire des erreurs. »à lille, Gilles Durand