«La piel que habito»: Dans la peau de Pedro Almodovar

CINEMA Le cinéaste signe un thriller haletant avec Antonio Banderas en chirurgien...

Caroline Vié

— 

Antonio Banderas campe un chirurgien devenu un peu fou après l'accident de sa femme, grièvement brûlée dans le dernier film de Pedro Almodovar La piel que habito.
Antonio Banderas campe un chirurgien devenu un peu fou après l'accident de sa femme, grièvement brûlée dans le dernier film de Pedro Almodovar La piel que habito. — Pathé Distribution

Pedro Almodovar fut le grand oublié du palmarès cannois de cette année et pourtant La Piel que habito (La peau que j'habite) a fait passer des frissons de plaisir dans le dos des festivaliers. Almodovar y dirige de nouveau l'un de ses acteurs fétiches, Antonio Banderas, avec lequel il n'avait pas travaillé depuis Attache-moi en 1999. «Entre Antonio et moi, c'était une question de temps et d'opportunités, a déclaré le réalisateur. Nous savions tous deux qu'il était impossible de ne pas se retrouver.»

>> Voir la fiche du film

Banderas change de peau

Le latino très chaud balaie son image de symbole sexuel pour se glisser dans la peau d'un grand méchant chirurgien inspiré par le héros de Mygale, polar de Thierry Jonquet. Cet homme passé du côté obscur depuis que sa femme a été grièvement brûlée dans un accident de voiture, se livre à des expériences pour le moins personnelles dans sa villa isolée. Marisa Paredes et Elena Anaya, autres fidèles du cinéaste, ont aussi pris place dans ce navire volant toutes voiles dehors vers le pays du cauchemar.

Hommage, vous avez dit hommage?

«J'aime le cinéma et l'idée de célébrer les réalisateurs favoris me vient tout naturellement», précise Almodovar. Luis Bunuel, Fritz Lang, Georges Franju et Alfred Hitchcock se sont certainement penché sur l'oeilleton de sa caméra pour ce suspense où horreur et érotisme font bon ménage. «C'est l'une des choses que j'ai adorée chez Pedro: quand il fait du cinéma de genre, il assume totalement», déclare Antonio Banderas. Il me fait bon consulter chez le chirurgien qu'il interprète. L'âme de cet homme est aussi noire que son scalpel est sanglant!