«The Prodigies»: Une grande claque visuelle et sensorielle

ANIMATION «The Prodigies» est un film choc pour ados et adultes...

Caroline Vié

— 

Le directeur artistique s'est inspiré, entre autres, d'Edward Hopper.
Le directeur artistique s'est inspiré, entre autres, d'Edward Hopper. — WARNER BROS

Ceux qui pensent que l'animation doit être réservée aux petits enfants ont tout faux. The Prodigies, festival d'action en 3D, décoiffe et ébouriffe. Le Français Antoine Charreyron a eu les moyens de ses ambitions pour porter à l'écran La Nuit des enfants rois de Bernard Lenteric paru en 1981 (éd. Le Livre de poche).

Les aventures brutales d'une poignée de gamins surdoués en guerre contre les adultes qui les ont trahis dévorent l'écran. «J'ai bénéficié d'une liberté totale, précise Antoine Charreyron, mais j'aimerais qu'on ne réduise pas le film à sa violence. Il s'agit d'une belle histoire sur le fait d'être différent et de chercher ses semblables. N'importe qui peut comprendre ce sentiment.»

Aussi beau que brutal

Son expérience de réalisateur sur des jeux vidéo (Tomb Raider) a été précieuse pour Antoine Charreyron: «Quand un joueur s'ennuie devant un passage cinématique, il zappe pour reprendre le contrôle de la manette. Ce genre de comportements vous apprend à éviter les temps morts!»

Charreyron a choisi la motion capture ou «captation de mouvement» et fait appel à des dessinateurs de chez Marvel pour rendre l'évolution de personnages solitaires plongés dans une colère noire après une agression atroce. «Ce n'aurait pas été supportable autrement», déclare le cinéaste.

Une scène de viol très dure hantera sans doute les mémoires, ce qui n'empêche pas d'être soufflé devant un univers visuel d'une intense beauté dû à l'artiste Viktor Antonov. «J'ai cherché à retrouver l'esthétique de certains tableaux comme ceux d'Edward Hopper pour montrer une ville de New York contrastée et fantasmée», explique ce dernier.

Cette expérience unique se révèle une vraie claque visuelle dont les ralentis suspendent le spectateur entre le temps et l'espace pour des scènes d'action remarquablement viscérales. «Nous aimerions que notre film ouvre la porte à d'autres tentatives de cinéma d'animation plus adulte», déclare Viktor Antonov. Ce film excitant, culotté et dérangeant fait partager son envie.

En relief dès le tournage

Contrairement à bien des films, The Prodigies a été conçu et tourné en relief. «En 2007, Avatar n'était pas sorti et on ignorait si le procédé serait rentable, se souvient Antoine Charreyron. On a foncé quand même parce que je savais que cela donnerait un impact supplémentaire à ma mise en scène.» DécouvrirThe Prodigies en 3D est chaleureusement recommandé.