«Limitless»: Pilule du succès pour beau gosse

CINEMA Egalement à l'affiche de «Very Bad Trip 2», Bradley Cooper est au top dans ce film adapté d'un roman...

Caroline Vié

— 

Le comédien incarne plusieurs personnages différents au fil de l'intrigue.
Le comédien incarne plusieurs personnages différents au fil de l'intrigue. — J. Baer / Dark Fields Production

Bradley Cooper, le beau gosse des Very Bad Trip et de L'Agence tous risques, avait fort envie de prouver qu'il n'était pas que cela: un gars mignon décorant d'un sourire ravageur un monde de soûlards et de brutes. «Limitless m'a donné l'occasion de repousser mes limites de comédien», précise l'acteur, en français, car il a fait des études en France et tient à donner ses interviews dans notre langue.

Du cinéma très rock‘n'roll

Cette adaptation d'un roman d'Alan Glynn par Neil Burger (L'Illusionniste, 2007) lui donne l'occasion de passer par bien des états. D'abord auteur en panne d'inspiration, il devient un personnage richissime et arrogant puis un malade quasi moribond après avoir consommé une drogue qui booste ses capacités intellectuelles. «J'avais l'occasion d'interpréter plusieurs personnages dans un seul film, et ça, c'est drôlement excitant», explique Cooper.

Pratiquement présent dans tous les plans, le comédien prend un malin plaisir à bousculer son image en faisant le coup-de-poing avec des gangsters ou en affrontant un businessman glacial interprété par Robert De Niro. «Bobby est un grand professionnel et un homme très gentil, précise Cooper. Je ne comprends pas pourquoi certaines personnes disent qu'il est difficile à vivre.»

Tout joyeux d'avoir donné la réplique à son idole, il a ensuite rejoint le réalisateur Joe Carnahan sur le polar The Grey, ce qui ne l'empêche pas de rêver à un éventuel Very Bad Trip 3: «Je nous verrais bien partir en Europe, mais rien n'est encore décidé.»