Le réalisateur Lars von Trier déclaré «persona non grata» au Festival de Cannes

CINEMA Le Danois a été déclaré «persona non grata» pour des propos tenus sur Hitler mercredi lors d'une conférence de presse...

Anne-Laëtitia Béraud

— 

Le réalisateur danois Lars von Trier sur le tapis rouge avant la projection de son film Melancholia, en compétition pour la palme d'or au festival de Cannes, le 18 mai 2011 à Cannes.
Le réalisateur danois Lars von Trier sur le tapis rouge avant la projection de son film Melancholia, en compétition pour la palme d'or au festival de Cannes, le 18 mai 2011 à Cannes. — V. HACHE/AFP PHOTO

C'est une première. Le Conseil d’administration du Festival de Cannes a désigné le réalisateur danois Lars von Trier «persona non grata» durant toute la durée du festival, et ce à «effet immédiat».

«Effet immédiat»

Concrètement, cela signifie que Lars von Trier ne pourra pas assister à la cérémonie de clôture de ce 64e Festival de Cannes ni venir recevoir sur scène son prix, s'il en reçoit un. Cette décision ne concerne toutefois pas les membres de son équipe, ni ses acteurs, nous a précisé le festival à Cannes.

Dans un communiqué daté de ce jeudi, les responsables notent que le festival «offre aux artistes du monde entier une tribune exceptionnelle pour présenter leurs œuvres et défendre la liberté d’expression et de création».

Regrettant «profondément que cette tribune ait été utilisée par Lars von Trier pour exprimer des propos inacceptables, intolérables, contraires aux idéaux d’humanité et de générosité qui président à l’existence même du Festival», le  conseil d’administration de l'événement «condamne très fermement ces propos et déclare Lars Von Trier persona non grata au Festival de Cannes, et ce, à effet immédiat».

«Je suis nazi»

Le réalisateur avait dérapé, mercredi, lors de la présentation à la presse de son film Melancholia, en compétition pour la Palme d'Or. Interrogé sur ses origines allemandes, Lars von Trier avait répondu : «Je comprends Hitler. Je pense qu'il a fait de mauvaises choses bien sûr, mais je peux l'imaginer assis dans son bunker à la fin... Ce que je veux dire c'est que je comprends l'homme. Il n'est pas ce qu'on pourrait appeler un type bien, mais je comprends sa personne et je sympathise un peu avec lui», a-t-il ajouté, avant de déclaré: «OK, je suis nazi».

Le réalisateur a ensuite présenté ses excuses dans un communiqué : «Si j'ai pu blesser quelqu'un par les propos que j'ai tenus ce matin, je tiens sincèrement à m'en excuser. Je ne suis ni antisémite, ni raciste, ni nazi. J'aurais dû me taire ou ne pas venir à Cannes, parce que je n'ai pas l'habitude de m'exprimer devant tant de journalistes».

>> En raison de débordements systématiques sur ce type d'article, la rédaction est contrainte de fermer les commentaires.