Festival de Cannes: Maïwenn fait la «Polisse»

CINEMA Pour son troisième film, la réalisatrice filtre de nouveau avec le documentaire en envoyant Joey Starr et Marina Foïs dans l'odyssée d'une équipe de la brigade de protection des mineurs saisissante...

Envoyée spéciale à Cannes, Caroline Vié

— 

Pour son troisième film, Maïwen flirte toujours avec le genre documentaire.
Pour son troisième film, Maïwen flirte toujours avec le genre documentaire. — MARS DISTRIBUTION

Maïwenn a choisi de planter sa caméra au milieu de la brigade de protection des mineurs pour Polisse. Dans ce service, les hommes et les hommes en voient des vertes et des pas mûres et tentent de résoudre les problèmes de gamins peu gâtés par la vie en y laissant pas mal de plumes au passage

>> La fiche du film, avec la réplique qui tue et des infos sur le film, par ici

>> Notre diaporama sur les films en compétition officielle par ici

Un tableau d'une extrême dureté
Bien qu'elle joue une photographe dans le film, Maïwenn évite les clichés pour montrer le travail de fourmis de policiers pas tout à fait comme les autres. Il est difficile de ne pas prendre fait et cause pour des bambins exploités, violés et abandonnés à leur sort. Entre vie professionnelle et vie privée, ses héros ont souvent du mal à faire le tri au fil d'un quotidien où les victoires sont rares.

>> Tous nos articles sur le Festival de Cannes par ici

Tableau d'un milieu mais aussi d'un pays, Polisse sonne particulièrement juste dans sa description des rapports entre les suspects et les policiers Sans jamais tomber dans le voyeurisme, la réalisatrice donnerait l'impression de flirter avec le documentaire si elle ne s'était pas entourée de comédiens épatants. Marina Foïs et Karin Viard sont toujours merveilleuses tandis que JoeyStarr confirme son talent d'acteur à fleur de peau dévoilé dans Le Bal des actrices.

Enquête

Comme son personnage de photographe, Maïwenn a passé du temps à la brigade protection des mineurs pour se familiariser avec le travail des policiers.